«Purge» anti-police : scènes de violence dans plusieurs villes de France (EN CONTINU)

«Purge» anti-police : scènes de violence dans plusieurs villes de France (EN CONTINU)© Eric Gaillard Source: Reuters
Des policiers anti-émeutes (images d'illustration)

Des scènes de violence ont été rapportées par la presse, notamment à Lyon et dans l'Essonne, dès le début de la soirée du 31 octobre. Des appels à attaquer les forces de l'ordre ont été relayés sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Mise à jour automatique
  • Un adolescent de 15 ans a été «sérieusement» blessé par un tir de gomme-cogne dans la soiré du 31 octobre au 1er novembre à Rennes alors qu'il lançait des projectiles en direction des policiers, a indiqué le parquet. Sa famille devrait déposer plainte, selon le parquet.

    L’adolescent a été blessé à la tempe et s'est vu prescrire 30 jours d'interruption temporaire de travail (ITT) par un médecin légiste, selon le parquet. Il souffre de «blessures importantes», notamment d'un hématome et d'une fracture, mais l’œil n'est pas atteint, a précisé le parquet, en soulignant que son pronostic vital n'était pas engagé.

    Le parquet de Rennes a ouvert deux enquêtes distinctes sur ces faits, intervenus dans le quartier sensible de Villejean. L'une pour faire la lumière sur les violences commises contre les policiers, l'autre pour déterminer si l'usage de l'arme est conforme aux conditions légales du recours à la force par les policiers.

    Deux interpellations ont eu lieu durant la nuit d'Halloween à Rennes, dont celle de cet adolescent. Treize voitures et une vingtaines de poubelles ont été incendiées dans différents quartiers de l'agglomération, entre 18H00 et 02H00 du matin, selon la préfecture. Un camion de pompiers a été caillassé sans faire de blessé.

  • Le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez a déploré dans un message sur Twitter «le naufrage» de l'Etat régalien à la suite des violences commises dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre. «Nous ne pouvons nous résigner à un tel laxisme dans notre République. Soutien total à nos forces de l'ordre qui font face à ces actes sauvages», a-t-il écrit.

    De son côté, la présidente LR de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a réclamé des «sanctions exemplaires». «A la loi des bandes nous devons opposer la loi intransigeante de la République», a-t-elle fait valoir sur son compte Twitter.

  • Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a réagi aux violences et débordements qui ont eu lieu dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, lors d'un déplacement dans une caserne de pompiers à Paris avec son secrétaire d'Etat Laurent Nunez : «Ce sont des faits totalement anormaux, scandaleux, qui se sont déroulés à l'occasion d'une fête, Halloween.» Christophe Castaner a également évoqué le nombre d'une centaine d'arrestations, affirmant que 15 000 forces de l'ordre et de la sécurité avaient été mobilisées la veille au soir : «Ca nous a permis d'arrêter plus d'une centaine de personnes.» 

  • Au lendemain de la nuit d'Halloween, le site d'informations Lyonmag fait le bilan. Selon ses informations, au moins 12 personnes auraient été interpellées, dont 10 mineurs, lors des affrontements. Aucun blessé grave ne serait cependant à déplorer.

  • Dans un message sur Twitter, le maire de Béziers Robert Ménard a estimé que ces événements préfiguraient de ce qui allait se passer dans les années à venir «si le pouvoir [demeurait] aussi laxiste». «La purge de la nuit dernière n'est qu'une répétition», a-t-il prévenu.

    Dans la soirée du 31 octobre, le député de l'Essonne et président de Debout la France, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, avait apporté son soutien aux forces de l'ordre suite aux violences dans son département. «Tous les prétextes sont bons pour la racaille. La France s'ensauvage, l'Etat reste impuissant», avait-il fait valoir sur son compte Twitter.

  • Sept personnes ont été interpellées dans la nuit à Lyon après des scènes de violence urbaine dans le centre ville, d'après la préfecture du Rhône.

    Ces sept personnes, dont les identités n'ont pas été précisées, ont été arrêtées près de la place Bellecour où ont eu lieu des «bousculades» et des «jets de projectiles sur la vitrine d'un fleuriste», a précisé la préfecture, qui a réfuté toute action «organisée».

    «La situation est maîtrisée sur le département», a-t-elle affirmé.

  • Selon le Huffington Post, aux alentours de 23h le 31 octobre, les pompiers du Rhône avaient effectué dans la soirée 24 interventions, majoritairement pour des feux de poubelles et de voitures à Lyon et dans les communes environnantes. La préfecture, d'après le site, a déclaré que sept véhicules incendiés avaient été signalés dans le département.

  • La Dépêche a noté quelques incidents «sans gravité» à Toulouse. Quatre incendies de voitures et un feu de poubelle ont été recensés dans cette ville peu après 22h30.

  • Selon Le Progrès, les pompiers sont intervenus place Bellecour à Lyon où du mobilier urbain aurait été incendié.

    Le journal précise en outre que des incendies ont été déclenchés sur la voie publique à Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Meyzieu et Givors. Ces quatre communes sont situées dans le Rhône.

  • A Vigneux-sur-Seine, dans l'Essonne, des policiers ont été victimes d’un caillassage, sans faire de blessé, selon Le Parisien.

Découvrir plus

Des violences ont éclaté, selon plusieurs médias, dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, après la diffusion sur les réseaux sociaux de messages appelant à une «purge» des policiers pour Halloween.

Pour éviter un tel scénario, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait pourtant pris les devants : «J'ai demandé une mobilisation très attentive, renforcée à tous les préfets de France pour que nous puissions avoir une soirée festive, car Halloween est une soirée festive», avait-il fait savoir le 31 octobre.

Depuis ce 27 octobre, plusieurs documents circulent sur les réseaux sociaux. L'un d'eux, intitulé «Les règles de la purge de Corbeil-Essonnes», appelle notamment à attaquer les forces de l'ordre «au mortier, feux d'artifice, pétards, pierres». Ces appels s'inspirent d'une série de films américains, The Purge, dans laquelle aux Etats-Unis, tous les crimes sont autorisés le temps d'une nuit.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»