«Pendez les Blancs» : un clip de rap particulièrement violent déclenche la polémique (VIDEO)

«Pendez les Blancs» : un clip de rap particulièrement violent déclenche la polémique (VIDEO)
Capture d'écran du clip PLB

«Tuer des bébés blancs» : racisme anti-blanc ? Second degré ? Les deux ? Le clip de la chanson du rappeur Nick Conrad déchaîne Twitter. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «provocation publique à la commission d'un crime ou d'un délit»

Le 17 septembre, le rappeur Nick Conrad a lancé sur YouTube le clip de son morceau intitulé PLB pour : «Pendez les Blancs». Sans équivoque, le chanteur appelle à longueur de rimes à assassiner des personnes blanches, à les descendre «très brutalement», à les fouetter ou encore à reproduire la scène de meurtre très violente du film American history X : «Sur un coin de trottoir, écrasement de tête mortel pour leur casser les dents.»

Le parquet de Paris a ouvert le 26 septembre une enquête pour «provocation publique à la commission d'un crime ou d'un délit». La vidéo originale a été supprimée de YouTube plus tôt le même jour, alors qu'elle venait d'attirer l'attention de plusieurs hommes politiques, mais elle reste disponible sur certains comptes. Certains extraits demeurent visibles sur Twitter, où de nombreuses personnes ont interpellé personnalités et associations antiracistes.

A l'image, un homme blanc court pour sa vie, prend une balle dans le dos avant de subir le traitement décrit ci-dessus, puis d'être pendu : «Black history X, ce n'est que le commencement», prévient l'artiste dans ses paroles.

Une des stances assénées dans la vidéo retient particulièrement l'attention : «Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs, attrapez les vite et pendez leurs parents, écartelez-les pour passer le temps.»

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé dans un tweet le 26 septembre qu'il condamnait «sans réserve ces propos abjects et ces attaques ignominieuses». Il a par ailleurs assuré que ses services œuvraient au retrait des vidéos, et précisé qu'il appartenait à l’autorité judiciaire de donner les suites appropriées «à ces odieux appels à la haine».

Avant qu'ils ne réagisse, plusieurs ténors de la droite avaient fait entendre leur voix.

L'élu Les Républicains Eric Ciotti a dénoncé : «Quelle ignominie ! Le rappeur prédicateur de haine Nick Conrad qui appelle à "Pendre les Blancs" et "tuer des bébés blancs" doit être poursuivi et très lourdement condamné. J'appelle au retrait immédiat de cette chanson et de son clip des hébergeurs en ligne.»

Le sénateur LR Bruno Retailleau a appelé à des poursuites judiciaires : «Je demande au Ministère public de poursuivre le rappeur Nick Conrad dans les plus brefs délais pour incitation à la haine et provocation au crime et d’ordonner le retrait immédiat de ce clip des plateformes internet où il a été hébergé.»

Le maire de Nice, Christian Estrosi a aussi appelé à des poursuites pour incitation à la haine raciale : «Je demande le retrait immédiat des plateformes d’hébergements et l’interdiction de diffusion du clip "Pendre les Blancs" de Nick Conrad. Il doit être poursuivi pour incitation à la haine raciale et condamné pour ces propos ignobles et irresponsables.»

Le chroniqueur Gilles-William Goldnadel s'est également ému des paroles du morceau et a dit son «total écœurement» : «Le clip de ce rappeur incarne emblématiquement la détestation sadique du Blanc. Qui saura s'en émouvoir en notre temps de soumission ? Total écœurement.»

Lire aussi : Tollé après l'embauche par le New York Times d'une journaliste accusée de racisme anti-Blancs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter