«Pas des casseurs» : l'avocat du couple molesté par Alexandre Benalla dénonce ses mensonges

«Pas des casseurs» : l'avocat du couple molesté par Alexandre Benalla dénonce ses mensonges © TF1 Source: AFP
Alexandre Benalla sur le plateau de TF1, le 27 juillet.

L'avocat du couple agressé par Alexandre Benalla assure que l'enquête a établi que ces derniers n'étaient pas des casseurs, démentant la version donnée par l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron lors de la procédure judiciaire et devant les médias.

Sur les ondes de France Info le 7 août, l'avocat du couple qu'Alexandre Benalla a brutalisé place de la Contrescarpe à Paris le 1er mai a remis en question la version des faits défendue par l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron. «Monsieur Benalla a menti, dans le cadre de la procédure, mais également devant les médias», a ainsi assuré Sahand Saber, soutenant que l'enquête en cours permettait d'établir que ses clients n'étaient pas des «casseurs», contrairement à ce qu'affirme Alexandre Benalla.  

«La défense de Monsieur Benalla essaye de les faire passer pour des casseurs pour tenter de justifier la façon dont ils ont été molestés, mais, aujourd'hui, les faits ressortent et l'information judiciaire permet d'établir que les deux victimes de monsieur Benalla n'étaient pas des fauteurs de troubles, c'étaient des personnes qui étaient de passage place de la Contrescarpe», a poursuivi l'avocat.

Reconnaissant que ses clients avaient bien lancé des projectiles en direction des CRS – un geste qu'il a qualifié de «déplacé» – Sahand Saber a martelé qu'ils n'avaient pas le profil de «Black Blocs», n'ayant pas de casier judiciaire et n'étant pas connus des services de police. L'avocat a par ailleurs souligné que, contrairement à ce qu'avait avancé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le jeune homme et la jeune femme ont accepté de donner leur identité aux forces de l'ordre au moment de leur interpellation.

En outre, selon Sahand Saber, le couple, qui fait l'objet depuis juillet d'une enquête préliminaire, est victime des retombées politique de l'affaire. «Des poursuites dans une logique politique, pas judiciaire», a-t-il ainsi dénoncé, notant que sur les dizaines de personnes interpellées place de la Contrescarpe en même temps que les deux trentenaires, seuls ceux-ci avaient fait l'objet depuis juillet d'une enquête préliminaire.

Lire aussi : De nouvelles révélations pourraient mettre en doute la défense d'Alexandre Benalla et de l'Elysée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter