Un collaborateur d'Emmanuel Macron filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai (VIDEO)

Un collaborateur d'Emmanuel Macron filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai (VIDEO)© Capture d'écran vidéo @KOTIKOV_RT
Des manifestants participent à un rassemblement à proximité de la rue de la Contrescarpe dans le Ve arrondissement de Paris, le 1er mai (illustration)

Selon Le Monde et France Info, Alexandre Benalla, proche conseiller du président de la République, a frappé un jeune homme en marge de la manifestation du 1er mai à Paris. Il a été mis à pied pour 15 jours au mois de mai.

Selon une information du Monde confirmée par France Info, un des proches conseillers d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, a frappé un jeune homme en marge de la manifestation du 1er mai 2018, place de la Contrescarpe, dans le Ve arrondissement de Paris. S’appuyant sur plusieurs vidéos, le journal affirme qu’il portait au moment des faits, «un casque à visière des forces de l’ordre, alors qu’il n’est pas policier». Peur d’être reconnu, il aurait quitté les lieux précipitamment après cette action.

A l’origine d'un rassemblement présenté comme un «apéro militant», le Comité d’action interlycéen, proche de la mouvance autonome, avait réuni ce jour-là une petite centaine de jeunes sur cette place. En fin d'après-midi, la situation dégénère, des heurs éclatant entre jeunes et forces de l'ordre. Dans une vidéo partagée par un militant de la France insoumise sur Facebook, ainsi que dans d'autres vidéos non partagées que Le Monde dit s'être procurées, on peut voir un homme, portant un casque et un sweat-shirt clair, tirer par le cou une jeune femme, avant de s’en prendre à un jeune homme, déjà encerclé par des CRS. Malgré l’appel au calme de celui-ci, l’homme lui assène plusieurs coups après l’avoir violemment saisi au cou par derrière. Le Monde l'identifie comme Alexandre Benalla, chargé de mission à l’Elysée. «C’était une scène d’une grande violence, qui semblait sans raison et hors-sol», raconte au journal un témoin de la scène. 

Contacté par Le Monde ce 18 juillet, Alexandre Benalla n’a pas infirmé ni confirmé qu’il était bien l'homme impliqué dans ces violences. Le directeur de cabinet du chef de l’Etat, Patrick Strzoda, a en revanche confirmé auprès du quotidien qu’il s’agissait bien d’Alexandre Benalla.

«Alexandre Benalla m’avait prévenu deux jours plus tôt qu’il souhaitait participer à une intervention auprès de la préfecture de police pour voir comment se gérait une grande manifestation, à l’occasion du 1er Mai. Il m’en a demandé l’autorisation, je la lui ai donnée, mais en précisant bien qu’il y allait en observateur. Le lendemain de la manifestation, j’ai été avisé par un collaborateur que monsieur Benalla avait été reconnu sur le terrain en train de participer à des opérations de maintien de l’ordre. J’ai vu les vidéos, je l’ai convoqué le jour-même, je lui ai demandé si c’était lui», a-t-il confié au quotidien.  

Après cet entretien, le directeur de cabinet prévient le président de la République, alors en déplacement en Australie. Ce dernier lui donne la consigne de prendre des sanctions «si les faits sont avérés». Dans ce sillage, Patrick Strzoda écrit un courrier, que Le Monde a consulté, où est annoncée la sanction : une suspension de fonction«pour une durée de 15 jours», du 4 au 19 mai.

Lire aussi : «Hors de lui», un député LREM frappe à coups de casque un responsable socialiste en plein Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter