Interview de Benalla : pourquoi TF1 a coupé des questions liées au GSPR

Interview de Benalla : pourquoi TF1 a coupé des questions liées au GSPR© Philippe Wojazer Source: Reuters
Alexandre Benalla à droite de Brigitte Macron

Le Figaro met en lumière les coulisses de l'interview d'Alexandre Benalla diffusée le 27 juillet sur TF1. Le directeur de la rédaction de la chaîne confesse que certaines questions ont été coupées, «contraints par la forme et la durée du JT».

Cela fait depuis le 18 juillet que le conseiller d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla est au centre de la polémique, que d'aucuns considèrent comme une affaire d'Etat. Son interview, enregistrée le 27 juillet au matin puis diffusée à 20h dans le journal de TF1, était particulièrement attendue de nombreux Français ne connaissant pas, avant l'affaire, l'existence de ce proche du président.

Révélant les coulisses de cette exclusivité, Le Figaro explique que le passage du JT a dû être raccourci à environ 12 minutes, alors que l'intégralité de l'entretien (disponible sur LCI) a duré plus de 25 minutes. Au sujet de ces coupures au montage, Eric Monier, directeur de la rédaction de TF1 explique : «Nous étions contraints par la forme et la durée du JT et nous avons dû couper quelques questions, notamment sur le GSPR.»

Le directeur de la rédaction assure toutefois que l'interviewé n'a eu «aucun droit de regard» sur les images enregistrées. «Il est venu avec son avocat, qui n'est pas resté jusqu'au bout», précise encore Eric Monier au Figaro.

Aucune tension entre Alexandre Benalla et le GSPR ?

Néanmoins, l'intégralité de l'interview a été mise en ligne sur le site de LCI. Point sensible de l'affaire, le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) aurait été concerné par un projet de réorganisation prévoyant sa mise sous tutelle par la présidence de la République, et non plus par le ministre de l'Intérieur.

De nombreuses voix ont affirmé que l'affaire Benalla a pu éclater car des tensions étaient vives entre le GSPR et Alexandre Benalla et que, de ce fait, le GSPR était peut-être à l'origine des fuites dans les journaux. D'autres sources ont assuré d'ailleurs qu'Alexandre Benalla constituait et dirigeait sa propre équipe de sécurité privée au sein du GSPR. Sur TF1, Alexandre Benalla ne s'est pas caché de vouloir donner une «impulsion» pour changer l'organisation de la sécurité à l'Elysée pour éviter «des doublons à toutes les strates de la mission de sécurité».

Il a toutefois attesté qu'il n'y avait «aucune friction entre lui et le GSPR», ajoutant qu'il avait de très bon liens avec ce service. Il a ainsi réfuté les propos de syndicalistes «qui s'expriment sans rien connaître de la réalité de ce qui se passe au sein de l'Elysée, devant des commissions parlementaires, en racontant des conneries». «Je n'avais ni le pouvoir de direction sur le GSPR, ni je n'ai été assimilé à quelqu'un du GSPR», a-t-il poursuivi.

Lire aussi : Benalla, affaire d'Etat ou affaire d'été ? Bassam Tahhan répond (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»