Les grèves auraient coûté près de 800 millions d'euros à la SNCF

- Avec AFP

Les grèves auraient coûté près de 800 millions d'euros à la SNCF © Benoit Tessier Source: Reuters
La manifestation des cheminots du 28 juin

Selon un document interne dont l'AFP a reçu copie, la SNCF a estimé le coût des 37 journées de grève du printemps à 790 millions d'euros. La réforme ferroviaire a coûté cher, le prix de la non-négociation gouvernementale ?

Le mouvement des cheminots contre la réforme ferroviaire a coûté à la SNCF 790 millions d'euros, soit plus de 21 millions pour chacune des 37 journées de grève du printemps, selon un document interne consulté le 20 juillet par l'AFP.

Ce montant, calculé en tenant compte des derniers éléments disponibles, comme la diminution des recettes de péage pour SNCF Réseau, est conforme aux estimations de la direction. Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, avait évoqué début avril un coût «de l'ordre de 20 millions d'euros par jour».

La facture de 790 millions d'euros imputée à la grève dépasse le montant du bénéfice net enregistré par le groupe sur l'année 2017 (679 millions), note la SNCF dans son document. Les cheminots ont une première fois cessé le travail le 22 mars, avant d'échelonner 36 journées de grève du 3 avril au 28 juin.

L'essentiel de l'ardoise s'explique par une perte de chiffre d'affaires de 770 millions d'euros.

Dans le détail, 600 millions de recettes ont échappé aux activités voyageurs, de nombreuses personnes ayant renoncé au train en raison des perturbations du trafic. Et 60 millions de ventes ont été perdues dans le fret, certaines entreprises préférant se tourner vers d'autres modes de transport. Le reste, 110 millions, est dû à une diminution des contributions de la part des autorités organisatrices de transports, «liée à des baisses de refacturation des péages».

Aux recettes perdues s'ajoute un coût de 160 millions d'euros de mesures commerciales mises en œuvre par la SNCF pour réduire le préjudice subi par ses clients.

Elle a notamment accordé des dédommagements sur leurs abonnements aux usagers des TGV, Intercités, TER et Transilien. Il y a eu aussi des abonnements TGV Max gratuits pour le mois d'avril, des billets à prix réduits, le service de covoiturage IDVroom gratuit les jours de grève... Coût de ces mesures : 120 millions.

En outre, de nombreux bus de substitution (essentiellement pour les TER) ont circulé durant les grèves, pour un coût de 40 millions.

La faute également à un gouvernement qui refuse le dialogue social ?

Le mouvement des cheminots s'est aussi traduit par une diminution de 140 millions d'euros des charges de l'entreprise.

Elle a en effet économisé 100 millions d'euros en retenues sur les salaires des grévistes et réduit de 40 millions ses dépenses (en électricité notamment) compte tenu de la baisse du nombre de trains en circulation.

Interrogée par l'AFP, la SNCF, qui publiera le 27 juillet ses résultats du premier semestre, a confirmé ces chiffres. «Le coût total de la grève reflète à la fois les pertes de chiffre d'affaires subies par l'entreprise mais aussi le montant sans précédent de 160 millions d'euros de mesures commerciales décidées par la SNCF pour accompagner ses clients et limiter l'impact financier de la grève sur ces derniers», a commenté un responsable.

«Les cheminots et leur statut que d'aucuns jugent inutiles et coûteux pour le service public SNCF et pour la nation rapportent donc plus de 21 millions d'euros par jour à l'entreprise publique», a réagi auprès de l'AFP Cédric Robert, porte-parole de la CGT Cheminots (1er syndicat de la SNCF).

Ce «coût exorbitant du mouvement» représente «un aveu d'échec cuisant du dialogue social», a estimé Florent Monteilhet, secrétaire fédéral de l'Unsa ferroviaire (2e syndicat). «Les torts sont partagés du côté du gouvernement et de la direction, l'Unsa déplore qu'on ait pas pris plus tôt, avant mai [et les réunions avec le Premier ministre], le chemin de la négociation et du dialogue social», a-t-il ajouté.

«On aurait eu tous à y gagner en se mettant autour d'une table pour faire une autre SNCF, une autre entreprise publique [...] sans avoir besoin d'un affrontement, sans vouloir passer en force, sans aller trop vite» avec «une réforme mal préparée», a renchéri Bruno Poncet, secrétaire fédéral de SUD-Rail (3e syndicat).

Lire aussi : EPIC Fail : Fitch abaisse la notation de la SNCF à cause de la réforme ferroviaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter