Toulouse : Attac repeint la façade d'une banque pour dénoncer l'évasion fiscale (IMAGES)

- Avec AFP

Toulouse : Attac repeint la façade d'une banque pour dénoncer l'évasion fiscale (IMAGES)© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT Source: AFP
Des membres de l'association Attac lors d'une manifestation contre l'évasion fiscale à Aix-en-Provence en avril 2018

Le 13 juillet au matin, l'Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne (Attac) a repeint la vitrine d'une banque du centre-ville de Toulouse en noir afin de dénoncer certaines pratiques.

Une quarantaine de militants d'Attac ont recouvert de peinture noire, le matin du 13 juillet, la façade d'une agence BNP-Paribas à Toulouse, pour dénoncer «l’argent sale» – une action en marge d'un rassemblement organisé dans le sud de la ville par cette même organisation.

Dans un communiqué, Attac explique que cette «action symbolique» vise à montrer «que les pratiques de cette banque sont particulièrement sales, à la fois parce qu'elle finance des projets polluants et parce qu'elle [favorise] l'évasion fiscale».

«Ce genre d'action permet de rendre visibles des choses que les banques veulent cacher», a expliqué à l'AFP Raphaël Pradeau, l'un des porte-parole d'Attac.

Selon l'organisation altermondialiste, la plus grande banque française «a investi 7 milliards de dollars dans les énergies fossiles entre 2015 et 2017» au lieu d'investir «pour financer la transition écologique».

Les militants de cette organisation, reconnue par arrêté ministériel comme association d'éducation populaire, dénoncent également le rôle joué par BNP-Paribas «dans l'industrie de l'évasion fiscale» : «Elle a en effet créé 782 sociétés offshore dans les paradis fiscaux pour permettre à ses riches clients (entreprises comme particuliers) d'échapper à l'impôt».

Le 15 septembre, une nouvelle manifestation d'Attac est programmée dans plusieurs villes européennes «pour célébrer les 10 ans de la chute de Lehman Brother», la banque d'investissement multinationale dont la faillite en 2008 est devenue, selon Attac, le symbole «des dérives du capitalisme».

Lire aussi : Un militant anti-LGBT interpellé pour avoir déchiré un drapeau arc-en-ciel sur l'Assemblée nationale

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter