Calais : de la musique et une connexion internet pour regonfler le moral des migrants

Capture d’écran du compte Twitter @marckstaff
Capture d’écran du compte Twitter @marckstaff

Le camp de fortune «Jungle 2» à Calais se singularise des autres depuis ce week end, après qu’une activiste locale a acheté un générateur pour que les migrants puissent surfer sur internet et écouter de la musique.

«Ils sont très misérables, très fatigues et désespérés, parce qu’il y a des murs partout ici, c’est comme une prison… Alors la musique, ça les détend», a affirmé l’activiste locale et volontaire Nadine Rubanbleu. Avec son mari Dominique Megard, ils ont décidé d’apporter un générateur dans le camp «Jungle 2».

Nadine Rubanbleu a expliqué sa motivation par la volonté d’apporter un certain degré de liberté aux demandeurs d’asile et aux migrants sans-papiers, dont le nombre total dépasse 3 000 personnes. Elles sont toutes piégées dans ce camp comme elles le seraient dans une prison. De plus, les équipes humanitaires déployées sur place ont elles-mêmes considéré que les conditions de vie étaient appauvrissantes.

Mais pour le moment, estime-t-elle, les migrants ont au moins la possibilité d’utiliser internet et d’écouter de la musique. Comme, par exemple, Fenkil, âgé de 17, qui est venu tout seul depuis l’Erythrée. Il est l’un de ces milliers d’immigré arrivés qui du Darfour, qui de l’Afghanistan, qui de la Syrie ou encore de l’Irak. Ils sont nombreux à voyager seuls et certains n’ont que 12 ans.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales