France : des militaires du GIGN déployés dans les trains pour éviter une attaque terroriste

France : des militaires du GIGN déployés dans les trains pour éviter une attaque terroriste© POOL New Source: Reuters
Un membre du GIGN lors d'un exercice en cas d'attaque terroriste le 20 avril 2016, à la gare Montparnasse, à Paris (illustration)

Depuis le 5 juillet, des membres du GIGN, armés, mais en tenue civile pour plus de discrétion, sont mobilisés dans les trains de France, dans le cadre du nouveau dispositif anti-terroriste de la Gendarmerie nationale, «Train Marshall».

«Train Marshall» : c'est ainsi que la Gendarmerie nationale a décidé de baptiser sa nouvelle opération anti-terroriste, commencée le 5 juillet. L'objectif ? Sécuriser les trains sur le sol français, en déployant des militaires du GIGN, l'unité d'élite de la gendarmerie, directement à l’intérieur des trains, en tenue civile. 

«L'attaque ratée du Thalys a été l'élément déclencheur», a confié le colonel Ghislain Réty, chef du bureau de la défense et de la sécurité nationale au sein de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), à l'AFP. Le 21 août 2015, Ayoub El Khazzani avait ouvert le feu dans un Thalys Amsterdam-Paris, blessant grièvement un passager, avant d'être maîtrisé à temps par des militaires américains présents sur place. 

Détaillant le dispositif, le colonel poursuit : «Ils voyageront tous les jours, dans les trains circulant sur l'ensemble du territoire, de façon aléatoire ou de façon plus ciblée en fonction de l'état de la menace. L'objectif est d'être efficace et de rassurer la population. [...] Ces militaires du GIGN se mélangeront parmi les voyageurs en toute discrétion. Ils seront au moins deux par train». 

Les militaires mobilisés dans les trains, armés et équipés de radio, ne pourront cependant intervenir qu'en cas de menace terroriste, et pas sur des faits de petite ou moyenne délinquance. Ils se sont ainsi spécifiquement formés à l'environnement ferroviaire, avec l'aide de la SNCF. «Nous avons étudié la configuration des wagons. Les tirs doivent y être d'une réactivité et d'une précision immédiate», a ainsi précisé le colonel Réty. 

Expérimentée sur le réseau SNCF pendant le dernier trimestre 2017, l'opération (et son nom) s'inspire du programme américain «Air marshals», créé en 1961 aux Etats-Unis afin de tenter de lutter contre le détournement d'avions. 

Lire aussi : Bientôt des agents de sûreté armés et en civil dans certains trains de la SNCF

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter