Bientôt des agents de sûreté armés et en civil dans certains trains de la SNCF

Des patrouilleurs ou agents de sûreté en civil armés vont être présents dans des trains dans le cadre des mesures de renforcement de la sécurité, a indiqué dimanche 3 avril Guillaume Pepy, le président de la SNCF.

«Ce patrouilleur ou train marshal à l'image des sky marshals présents sur certaines lignes aériennes sera habilité, entraîné à tirer», a expliqué Guillaume Pepy, le président de la SNCF. 

Grâce à la loi Savary, entrée en vigueur mercredi, les agents de sûreté vont désormais avoir le droit de circuler, armés et en civil, dans les trains. Jusqu'à maintenant, la SNCF disposait d'agents qui pouvaient faire usage de leur arme seulement en uniforme. L'objectif : que l'agent en question soit le plus discret et invisible possible afin d'être plus efficace. 

Après une polémique sur leur coût, Guillaume Pepy a confirmé par ailleurs que les portails de sécurité de type aéroportuaire seraient maintenus au départ et à l'arrivée du Thalys. «Je maintiens les portiques de sécurité du Thalys», a-t-il déclaré, démentant avoir évoqué leur inutilité lors d'une audition parlementaire, comme l'avait rapporté le sénateur Alain Fouché (Les Républicains). «Les attentats, y compris l'attentat du Thalys, nous ont tous bouleversés et les gares peuvent être une cible», a dit Guillaume Pepy.

Pour assurer la sécurité des trains, la SNCF pourra compter sur un centre de sécurité d’où les images des caméras de surveillance pourront être visionnées en permanence. Ses agents seront autorisés à fouiller les bagages et assistés par une trentaine de chiens renifleurs ainsi que par une vingtaine d’unités de profileurs charger de repérer d’éventuels suspects.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales