Indignation après l'utilisation de portraits de victimes du 13 novembre contre le rappeur Médine

Indignation après l'utilisation de portraits de victimes du 13 novembre contre le rappeur Médine© Christophe Archambault Source: AFP
Devant le Bataclan le 13 novembre 2017. (image d'illustration)

Plusieurs photographies de victimes des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis ont été utilisées sur des affiches afin de fustiger la venue de Médine au Bataclan en octobre. Des familles et des associations de victimes s'indignent.

Des photos de victimes du 13 novembre placardées sur plusieurs pans de murs à proximité du Bataclan : c'est ce que peuvent voir les passants depuis quelques jours dans les rues du XIe arrondissement, à Paris. «Non au rappeur islamiste Médine au Bataclan», est-il inscrit en lettres capitales en-dessous de chaque portrait en noir et blanc. Ils représentent des personnes qui ont perdu la vie lors des attentats de Paris et Saint-Denis en 2015. La mention «assassiné(e) le 13 novembre 2015» est présente sur chaque affiche, précédée des noms et prénoms de la victime en question.

«C'est totalement abject»

Cette campagne d'affichage contre la venue du rappeur Médine au Bataclan en octobre prochain a suscité l'ire de familles de victimes ainsi que des associations qui les représentent. «L’utilisation non-autorisée de photos de victimes des attentats du 13 novembre à des fins de propagande politique est illégale et totalement irrespectueuse de la mémoire des victimes», a ainsi fait savoir l’association Life for Paris.

«Je me rends compte qu'il y a Lamia, ma fille, son compagnon Romain. Et puis d'autres, Michelli, Elsa... que nous connaissons par les parents», témoigne auprès de BFMTV Jean-François, père d'une des victimes du 13 novembre. «C'est totalement abject», souligne-t-il. L'association 13 Onze 15 Fraternité-Vérité a également réagi à cette campagne d'affiche. «L'utilisation de portraits des victimes décédées est une procédure ignoble et dégoûtant outre qu'elle est totalement abusive», peut-on lire sur son compte Twitter.

Après le signalement de ces affiches ce 4 juillet, les services de nettoyage de la mairie de Paris ont été dépêchés sur place afin de les faire disparaître. Reste désormais à déterminer qui est à l'origine de cet affichage sauvage.

Depuis plusieurs semaines, la programmation du rappeur Médine au Bataclan suscite la polémique. En cause notamment, les textes de certaines de ses chansons qui vilipendent la laïcité ainsi que ses liens avec une association qui donne la parole à des prédicateurs islamistes. Un pedigree jugé incompatible avec la tenue d'un concert dans une salle désormais devenue l'un des symboles de la barbarie djihadiste en France.

Lire aussi : Concerts de Médine au Bataclan : qu’en pensent les victimes et leurs proches ? (TEMOIGNAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»