Une défaillance dans la surveillance de Rédoine Faïd ? «Peut-être», admet Nicole Belloubet

Une défaillance dans la surveillance de Rédoine Faïd ? «Peut-être», admet Nicole Belloubet© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Nicole Belloubet le 15 janvier 2018 en conférence de presse à Paris, illustration

Après l'évasion du détenu Rédoine Faïd, le garde des Sceaux a admis qu'il y avait «peut-être» eu une «défaillance» dans ce dossier. Selon des sources citées par M6, la menace d'une telle fugue était prise au sérieux par les services pénitentiaires.

Après l'évasion spectaculaire de la prison de Réau le 1er juillet du détenu multirécidiviste Rédoine Faïd, notamment impliqué dans un braquage ayant entraîné la mort d'une policière municipale en 2010, le garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a reconnu le 2 juillet au micro d'Europe 1 : «Je ne prétends pas qu'il n'y a pas ici de défaillance. Il y en a peut-être une. Si c'est le cas, nous y porterons remède immédiatement.»

Il faut que nous soyons attentifs à ne pas laisser trop longtemps les mêmes profils dans les mêmes lieux, lorsqu'il s'agit de profil de ce type-là bien sûr

Le ministre de la Justice a également précisé : «J'ai demandé à ce qu'une mission d'inspection générale de la justice se rende sur place dès aujourd'hui et puisse voir comment les mesures de sécurité auraient été le cas échéant défaillantes pour que nous puissions y remédier.»

Plus étonnant, Nicole Belloubet a aussi estimé : «Il faut que nous soyons attentifs à ne pas laisser trop longtemps les mêmes profils dans les mêmes lieux, lorsqu'il s'agit de profil de ce type-là bien sûr.»

Or selon des sources citées par le site de M6, il apparaît que la menace d'une invasion était prise au sérieux depuis plusieurs mois et, selon le même média, le 22 juin dernier, les services de la direction de l’administration pénitentiaire ont informé l’antenne d’Ile de France d’un transfert de Rédoine Faïd vers la région de Dijon «dans le courant du mois de septembre».

Une date trop tardive, selon des fonctionnaires de l'antenne d'Ile-de-France, qui alertent par écrit, dans un message rapporté par M6 : «Un transfert à partir de septembre ne paraît pas raisonnable au regard de la menace sérieuse du passage à l’acte […] nous prenons des risques graves et sérieux de troubles à l’ordre public sans compter le risque de violences très graves voire irréversibles sur nos personnels […] aujourd'hui, nous n'agissons que dans l’urgence et demain, nous n'agirons qu’après l’incident.»

Belloubet «complètement à côté de la plaque», selon Dupont-Aignan

A l'instar du garde des Sceaux, le Premier ministre, Edouard Philippe, a reconnu que cette évasion «pos[ait] beaucoup de questions.»

Du côté de l'opposition politique, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a réclamé des sanctions contre les responsables de l'évasion et a estimé que le ministre de la Justice «était complètement à côté de la plaque».

Rédoine Faïd, braqueur récidiviste de 46 ans, avait été condamné en appel en avril à 25 ans de réclusion pour un braquage raté dans le Val-de-Marne qui avait coûté la vie en 2010 à la policière municipale Aurélie Fouquet. Le 1er juillet, un commando armé a pris en otage un pilote d’hélicoptère, puis l'a l’obligé à se poser dans la cour d'honneur de la prison de Réau pour exfiltrer le détenu. Ce dernier a ensuite pris la fuite avec ses complices, en voiture. L'hélicoptère en partie carbonisé a été retrouvé dans le Val d'Oise.

Ce centre pénitentiaire, inauguré en 2011 par Nicolas Sarkozy, est présenté comme l'un des sites les plus sécurisés de France. Cependant, seuls les surveillants dans les miradors sont armés et ils ont eu pour consigne de ne pas ouvrir le feu sur l'hélicoptère pour deux raisons : le risque de crash sur des bâtiments occupés ainsi que la mise en danger du pilote. Selon les informations du journal Le Parisien, l'hélicoptère emportant le fugitif a décollé sous les vivats des détenus.

Lire aussi : Le braqueur Redoine Faïd s'évade en hélicoptère d'une prison de Seine-et-Marne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter