Après la collision d'un TGV avec un tracteur dimanche, la SNCF envisage de porter plainte

Le choc a été très violent.© Capture Twitter @Conducteur_RER
Le choc a été très violent.

Dimanche soir, un TGV de la SNCF a percuté un tracteur. S'il n'y a eu que deux blessés légers, de nombreux retards ont été constatés, et la SNCF envisage de porter plainte.

Après la collision entre un TGV et un tracteur, dimanche soir, le trafic SNCF revenait à la normale lundi matin après une nuit de perturnations qui ont touché le trafic dans l'Ouest de la France. Un tracteur serait tombé sur les voies entre les villes de Rennes et de Laval, a expliqué un porte-parole de la SNCF.

La SNCF envisage désormais de porter plainte après qu'une double rame TGV se dirigeant vers Rennes a percuté le véhicule que son conducteur avait eu le temps de quitter. La SNCF va «porter plainte contre la personne qui a mis le tracteur au milieu de la voie», a précisé un porte-parole de la société. 

Les deux blessés légers ne sont finalement qu'un moindre mal après cette collision impressionnante, comme en attestent différentes photos. «Le choc a été extrêmement violent. On a échappé à une catastrophe», a ainsi souligné le porte-parole de la SNCF. 

Hier soir, toutefois, de nombreux retards, sur les lignes TGV à destination et au départ de la Bretagne, étaient signalés. Au total, «6 000 personnes ont connu des retards importants» à la suite de cette collision, dont 3 500 en gare Montparnasse, a regretté le porte-parole.

Une dizaine de TGV ont été affectés par ces perturbations, certains ayant eu jusqu'à six heures de retard. Lundi matin, le TGV Quimper-Paris de 05H32 a pris 1h30 de retard et a dû être dérouté sur Nantes, en raison du nettoyage de la voie encore encombrée de débris, a expliqué le porte-parole. Le trafic revient désormais à la normale.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales