Financement du terrorisme : Lafarge mis en examen pour «complicité de crimes contre l'humanité»

Financement du terrorisme : Lafarge mis en examen pour «complicité de crimes contre l'humanité»
Le site de Lafarge Cement Syria à Jalabiya en Syrie, photo ©Delil souleiman / AFP

Lafarge, accusé d'avoir financé des groupes djihadistes en Syrie, dont Daesh, a été mis en examen. Entre 2011 et 2015, le cimentier est suspecté d'avoir versé plus de 12 millions d'euros de pots de vin pour maintenir son activité en pleine guerre.

Le géant du béton Lafarge a été mis en examen ce 28 juin pour complicité de crimes contre l'humanité, dans le cadre de ses activités en Syrie. Entendue par les trois juges chargés de cette enquête hors-norme, Lafarge SA (LSA), holding actionnaire majoritaire de la filiale syrienne Lafarge Cement Syria, mise en cause, est également poursuivi pour «financement d'une entreprise terroriste» et «mise en danger de la vie» des anciens salariés de l'usine de Jalabiya, dans le nord de la Syrie. 

Lafarge est suspectée d'avoir versé entre 2011 et 2015 plus de 12 millions d'euros à des groupes armés en Syrie, dont Daesh, pour continuer à faire tourner sa cimenterie de Jalabiya dans le nord du pays malgré la guerre.

Depuis la plainte déposée par Bercy fin décembre 2016, dans le cadre de l'interdiction d'acheter du pétrole en Syrie, Lafarge a été accusée de vouloir saboter des preuves exploitables dans le cadre de l'enquête. Ainsi, le 12 décembre 2017, l'association Sherpa, qui avait également déposé plainte contre le groupe, affirmait que «des ordinateurs [avaie]nt été passés à l'eau de javel pour empêcher la justice de travailler».

Plus récemment, en mars 2018, l'émission Complément d'enquête révélait un témoignage affirmant que la diplomatie française avait été mise au courant des agissements de l'entreprise Lafarge par Damas.

Le mois suivant, après avoir eu accès aux procès-verbaux de l'audition du directeur de la sûreté du cimentier Lafarge, Libération révélait la participation, entre 2012 et 2014, de l’Elysée et du Quai d’Orsay à des discussions stratégiques sur l’envoi de soldats dans l’usine Lafarge en Syrie, alors occupée par des combattants de Daesh.

Alexandre Keller

Lire aussi : «On acceptait le racket ou on partait» : Lafarge accablé pour ses arrangements avec Daesh en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter