«LGBT hors de France» : des tags homophobes dans le Marais en amont de la marche des fiertés à Paris

«LGBT hors de France» : des tags homophobes dans le Marais en amont de la marche des fiertés à Paris© Bruno Domingos Source: Reuters
Deux hommes s'embrassent lors d'une manifestation en faveur des droits des homosexuels à Rio, 2003, illustration

Dans la nuit du 25 au 26 juin, des graffitis homophobes ont été inscrits en plein cœur du quartier du Marais, à Paris, alors que le quartier pavoise les couleurs de l'arc-en-ciel en amont de la Marche des fiertés qui se tiendra le 30 juin.

En amont de la Marche des fiertés qui aura lieu à Paris le 30 juin, le quartier du Marais a décoré sa chaussée aux couleurs de l'arc-en-ciel et pavoise à grand renfort de drapeaux LGBT+. Mais, dans la nuit du 25 au 26 juin, quelqu'un a recouvert les motifs de peinture blanche et d'inscriptions homophobes. «LGBT hors de France», clame par exemple un des graffitis photographié par un passant. 

La mairie de Paris, qui se trouve à quelques dizaines de mètres seulement, a promptement réagi contre l'acte de vandalisme et Anne Hidalgo a annoncé que le procureur de la République serait saisi de l'affaire.

Elle a également promis que les inscriptions seraient effacées, ce qui a été constaté par un journaliste de RT France sur place ce 26 juin. Le maire de Paris a par ailleurs assuré que des passages piétons supplémentaires seraient repeints aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Bruno Julliard, premier adjoint à la mairie de Paris, s'est joint à la condamnation de l'édile et a tweeté : «La dégradation homophobe des marquages arc-en-ciel avec un tag "LGBT HORS DE FRANCE" dans le Marais est inadmissible et sera réparée. Cette nouvelle démonstration de haine hideuse ne fera que renforcer notre détermination à lutter sans faillir contre les discriminations.»

Joël Deumier, président de l'association SOS Homophobie, a pour sa part évoqué la suite judiciaire de l'enquête au micro de France Info : «Nous condamnons fermement cet acte de vandalisme homophobe. Nous sommes en train d’étudier les meilleurs moyens, y compris sur le plan judiciaire, de répondre à cet acte commis sur la voie publique et à quelques jours de la Marche des fiertés.»

Lire aussi : Adoption : enquête ouverte pour discrimination envers les homosexuels en Seine-Maritime

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter