Adoption : enquête ouverte pour discrimination envers les homosexuels en Seine-Maritime

Adoption : enquête ouverte pour discrimination envers les homosexuels en Seine-Maritime© Victor Ruiz Garcia Source: Reuters
Un père tient sa fille dans ses bras, février 2015, illustration

Après les propos polémiques tenus par une responsable du service adoption de Seine-Maritime à propos de l'adoption par les couples de même sexe, une enquête a été ouverte. La fonctionnaire a été relevée de ses fonctions.

Le parquet de Rouen a annoncé le 21 juin l'ouverture d'une enquête préliminaire pour discrimination après des propos d'une responsable de l'adoption du département de Seine-Maritime concernant les homosexuels.

«Une enquête a été ouverte mercredi [20 juin] pour discrimination à la suite de la plainte déposée [par l'Association des familles homoparentales]», a précisé le procureur de la République de Rouen Pascal Prache, interrogé par un correspondant de l'AFP. Selon cette association, la plainte vise la responsable du service adoption de Seine-Maritime, Pascale Lemare.

Cette dernière avait déclaré dans une interview accordée à France Bleu Normandie qu'il était «a priori compliqué» pour un couple homosexuel d'obtenir l’adoption d'un «bébé de trois mois qui va bien» et d'ajouter : «Il y aura des parents qui correspondent davantage aux critères requis...» La journaliste l'a alors poussée à préciser sa pensée : «Et donc pas un couple homosexuel ?», ce à quoi Pascale Lemare a simplement répondu : «Ben non.»

Pressée de s'expliquer, la fonctionnaire a sous-entendu que les couples de même sexe, «un peu atypiques», étaient plus indiqués pour s'occuper d'enfants «trop cassés, trop perturbés psychologiquement, trop grands, handicapés».

La collectivité, les associations et un ministre condamnent, la fonctionnaire relevée de ses fonctions

Pascal Martin, président de la collectivité, a très tôt réagi à la polémique par un communiqué et «condamné très fermement et sans réserve les propos tenus visant à créer une différence de droits entre les candidates et candidats à l'adoption».

Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, a lui aussi réagi sur Twitter : «Si les propos [de Pascale Lemare] sont vérifiés, ils sont contraires aux principes de neutralité, d’égalité et de refus des discriminations qui caractérisent la Fonction publique. Je les condamne et prends acte de leur condamnation par le président [du conseil départemental].»

Dans un communiqué, le conseil départemental a annoncé que la responsable du service adoption avait été relevée de ses fonctions le 20 juin «à titre conservatoire» en conséquence de ses propos jugés «discriminatoires» envers les homosexuels.

Le 21 juin, un photographe de l'AFP a également constaté qu'une vingtaine de personnes manifestaient à Rouen devant le conseil départemental de Seine-Maritime pour dénoncer les propos de Pascale Lemare.

Lire aussi : Une «haine anti-LGBT plus marquée» en Outre-mer que dans l'Hexagone, alerte un rapport parlementaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter