«Président·e de la République» : une députée LREM propose une Constitution en écriture inclusive

«Président·e de la République» : une députée LREM propose une Constitution en écriture inclusive© Joel Saget Source: AFP
La Constitution française instaurant la Cinquième République a été adoptée en 1958
Suivez RT France surTelegram

Ancienne membre du PS, puis de l'UDI, désormais députée LREM, Isabelle Rauch a déposé un amendement au projet de loi de révision de la Constitution. Son objectif : «visibiliser les femmes» par une écriture «plus inclusive».

Voilà une contribution au débat sur la révision de la Constitution qui ne manquera pas de faire réagir : Isabelle Rauch, députée La République en marche de Moselle, a déposé un amendement au projet de loi de réforme constitutionnelle proposant de réécrire le texte fondateur de la République française en écriture inclusive. 

Parmi les 500 amendements déjà déposés sur ce texte, celui d'Isabelle Rauch dénote. Il entend en effet changer la forme du texte avec pour objectif de «féminiser les terminologies» et de «développer une langue française plus inclusive».

Membre de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale, Isabelle Rauch n'hésite pas à citer Olympe de Gouges pour justifier sa démarche. «Féminiser les terminologies dans la Constitution constituerait non seulement un acte fondateur, mais également une réelle avancée républicaine, qui visibiliserait enfin les femmes dans le droit», argumente-t-elle.

Passée par le Parti socialiste et par l'Union des Démocrates et Indépendants (UDI) avant de rejoindre LREM, la députée mosellane cite plusieurs exemples pour étayer sa proposition. A chaque fois que le titre «président de la République» apparaît dans la Constitution, le texte devrait, si son amendement venait à être adopté, y adjoindre son équivalent féminin : «présidente de la République».  

Interrogée par Le Figaro, la députée se défend d'être une «acharnée du point médian», cette ponctuation dont l'usage est préconisé par les adeptes de l'écriture inclusive afin de féminiser les substantifs et les adjectifs. Elle estime cependant nécessaire de se battre sur deux fronts : «A la fois la lutte contre les inégalités, les violences, mais aussi contre l'intériorisation de la domination masculine.»

Lire aussi : «Adelphité», «droits humains» : le Haut conseil à l'égalité veut-il imposer l'écriture inclusive ?

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix