Dieudonné propose d'organiser le combat de MMA entre Soral et le Raptor Dissident : voici pourquoi

Dieudonné propose d'organiser le combat de MMA entre Soral et le Raptor Dissident : voici pourquoi© De gauche à droite : Gonzalo Fuentes / Reuters; Loïc Venance / AFP; Capture d'écran tipeee.com/le-raptor-dissident
Dieudonné, Alain Soral et le Youtubeur Raptor Dissident se retrouveront-ils bientôt sur un ring de boxe ?

Alors qu'Alain Soral a accepté le duel de MMA lancé par le Youtubeur Raptor Dissident suite à une querelle entre les deux hommes dans l'espace virtuel, un humoriste français d'origine camerounaise a surgi pour proposer ses services.

La confrontation virtuelle à laquelle s'adonnent depuis plusieurs semaines les controversés Alain Soral (essayiste) et Raptor Dissident (Youtubeur) va peut-être connaître son épilogue dans une arène bien réelle. Lui-même habitué des polémiques et des situations peu communes, l'humoriste Dieudonné s'est proposé de se faire le promoteur et l'organisateur du combat d'arts martiaux mixtes (MMA) auquel ont promis de se livrer les deux hommes après s'être mutuellement invectivés sur les réseaux sociaux.

«Je pourrais le cas échéant, et avec l'approbation des deux intervenants, organiser cette confrontation. J'ai dans le domaine de l'organisation d'évènements underground – on va l'appeler comme ça – une certaine expérience, unique», affirme ainsi l'humoriste dans une vidéo publiée le 20 juin sur sa chaîne YouTube. En préambule de son intervention, Dieudonné appelait pourtant à calmer les esprits et proposait de jouer les médiateurs auprès des deux personnes «au talent incontestable et aux motivations certainement profondes».

Comment tout a commencé

Le 18 juin, Alain Soral acceptait en effet publiquement le «duel» de MMA auquel le défiait quelques jours plus tôt Raptor Dissident, Youtubeur proche de la mouvance identitaire dont les vidéos cumulent chacune plus d'un million de vues. «Pour les vrais hommes d’honneur, la vie ne se réduit pas aux fanfaronnades virtuelles sponsorisées, plus question de se défiler !», a écrit celui qui est un pratiquant de longue date de boxe française.

La genèse de cet affrontement entre deux personnages influents sur la toile trouve sa source dans la publication le 3 juin par le Youtubeur d'une vidéo intitulée «Je fais la bise à ta femme, Soral ! - Expliquez-moi cette merde», qui atteint plus d'1,4 million de vues. Dans celle-ci, Raptor Dissident, dans un style assassin combinant punchlines, mèmes et extrait vidéos, entreprenait de tacler violemment l'idéologie d'Alain Soral. Il qualifiait ce dernier de «baboucholâtre marxiste assumé» et de «manipulateur».

Selon lui, le discours d'«hystérie anti-israélienne» de l'essayiste, plusieurs fois condamné pour incitation à la haine, ne vise qu'à draguer les Maghrébins de France, qu'Alain Soral dit vouloir réconcilier aux «Français de souche» aux valeurs conservatrices. Mais le Youtubeur accuse l'essayiste de dédouaner l'islamisme de ses responsabilités, notamment vis-à-vis des attentats en s'inscrivant dans le «prolongement de la pensée cosmopolite contre laquelle il croit lutter».

La vidéo n'a pas été du goût d'Alain Soral, qui a vertement répliqué sur Twitter. «Certains me demandent si je compte répondre à la vidéo qu’un certain Kabyle nain piqué aux stéroïdes a pondue contre moi. Répondre quoi ? Par cette vidéo, il s’est déjà ridiculisé intellectuellement et déshonoré moralement», a-t-il écrit avant de conclure son message en menaçant de le corriger s'il venait à le croiser dans la vraie vie.

Une menace qui a donc poussé Raptor Dissident à provoquer son aîné pour un duel dans les règles de l'art. Règles dont Dieudonné, qui connaît les deux hommes, entend bien se faire le garant.

Lire aussi : Trois avertissements en trois mois : ERTV, la chaîne YouTube d'Alain Soral, a été fermée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter