Affaire «Complément d'enquête» : attaquée par Bolloré, France 2 est relaxée

- Avec AFP

Affaire «Complément d'enquête» : attaquée par Bolloré, France 2 est relaxée© Charles Platiau Source: Reuters
Vincent Bolloré à une réunion des actionnaires du groupe Vivendi, 21 avril 2016 illustration

France 2 et l'auteur du reportage «Bolloré, un ami qui vous veut du bien ?» ont été relaxés dans le procès intenté par le groupe Bolloré. Le tribunal a jugé que ce reportage diffusé dans l'émission Complément d'enquête n'était pas diffamatoire.

Le tribunal correctionnel de Nanterre a jugé le 5 juin que le portrait-enquête de l'industriel Vincent Bolloré diffusé en avril 2016 (puis en juillet de la même année) dans l'émission de France 2 Complément d'enquête n'était pas diffamatoire et a en conséquence relaxé la chaîne et l'auteur du reportage.

Dans ce dernier, intitulé «Bolloré, un ami qui vous veut du bien ?», récompensé par le prix Albert-Londres, le journaliste Tristan Waleckx retraçait le parcours de l'homme d'affaires, de la reprise de la fabrique familiale de papier à cigarettes OCB en Bretagne à la construction de son empire, en passant par la reprise en main de Canal+ et sa présence en Afrique. La défense de l'industriel breton avait dénoncé un travail journalistique «à charge».

Le tribunal a estimé que dans huit passages du reportage dont les propos étaient incriminés, aucun n'était «constitutif d'une infraction». Et dans le neuvième, qui évoquait l'éventualité de «passe-droits» octroyés au groupe Bolloré dans un appel d'offres au Cameroun, si les propos pouvaient être en soi considérés comme diffamatoires, le tribunal a néanmoins souligné «l'absence d'animosité personnelle» de l'auteur du reportage et le «sérieux de son enquête».

«L'insinuation de "passe-droits" peut paraître excessive» mais n'a été utilisée qu'en «plein exercice de la liberté d'expression du journaliste», a donc tranché le tribunal. Celui-ci a en outre condamné les parties civiles à verser chacune 3 500 euros à France 2 et au journaliste Tristan Waleckx au titre des frais de justice.

Le journaliste s'est dit ««très soulagé», même s'il y avait «une chance sur mille pour qu'[il] puisse perdre».


Lire aussi :
 Rediffusion de «Complément d'enquête» : le groupe Bolloré réclame 50 millions d'euros à France 2

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»