Assemblée : un député s'excuse après avoir appelé une secrétaire d'Etat «ma poule» dans l'hémicycle

Assemblée : un député s'excuse après avoir appelé une secrétaire d'Etat «ma poule» dans l'hémicycle© Ludovic Marin Source: AFP
La secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire Brune Poirson le 23 mai 2018 à l'Elysée à Paris. (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

La secrétaire d'Etat Brune Poirson a été qualifiée de «poule» dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale le 29 mai. Le député Christian Hutin n'a pu se retenir alors qu'elle évoquait le rôle de l’ancienne majorité socialiste dans un dossier...

Scène gênante dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale ce 29 mai. Lors des questions au gouvernement, le député apparenté Parti socialiste (PS) Christian Hutin a en effet interpellé en des termes surprenants la secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson. La jeune femme était interrogée sur l’approvisionnement en huile de palme de la future bioraffinerie que Total veut ouvrir cet été à La Mède (Bouches-du-Rhône). Selon le Journal du dimanche, alors que Brune Poirson évoquait le rôle de l’ancienne majorité socialiste dans ce dossier, Christian Hutin s'est emporté en criant : «Ce n'est pas vrai, ma poule !»

Je dis "ma poule" à tout le monde, fille comme garçon. Cela n'a rien de péjoratif ou de sexiste

Cette comparaison n’a pas échappée à un ministre présent dans l’hémicycle. «Je l’ai engueulé, il a été surpris», réagit ce membre du gouvernement dans l'hebdomadaire dominical. Le député Christian Hutin s’est finalement excusé auprès de Brune Poirson. «Je dis "ma poule" à tout le monde, fille comme garçon. Cela n'a rien de péjoratif ou de sexiste», a-t-il tenté de se justifier.

Ce n'est pas la première fois que des femmes membres du gouvernement sont la cible d'interpellations jugées misogynes. Mi-mai, lors de l'adoption du projet de loi sur les infractions sexuelles sur mineurs, Marlène Schiappa avait dénoncé la «misogynie crasse» du député Les Républicains (LR) Fabien Di Filippo, qui l'avait accusée de privilégier sa «conception libertaire des rapports sexuels, y compris entre mineurs et majeurs».

Lire aussi : «C’est une chienn*sse avec ses grosses l*ches» : des enregistrements embarrassants au procès de Tex

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix