NDDL : l'avocat de l'étudiant à la main arrachée admet que le jeune homme a ramassé la grenade

NDDL : l'avocat de l'étudiant à la main arrachée admet que le jeune homme a ramassé la grenade© GUILLAUME SOUVANT Source: AFP
Evacuation de la ZAD à Notre-Dame-des-Landes, le 17 mai

L'avocat de Maxime Peugeot, l'étudiant qui a perdu sa main droite lors d'une évacuation à la ZAD de Notre-Dame-des Landes, a reconnu que le jeune homme de 21 ans avait bien ramassé la grenade. «Une munition de moins pour les gendarmes», pensait-il.

Lors d'une conférence de presse à Nantes le 24 mai, l'avocat de Maxime Peugeot, l'étudiant qui a eu la main droite arrachée par une grenade de type GLI F4 lors de l'évacuation de la ZAD par la gendarmerie le 22 mai, a reconnu que le jeune homme avait ramassé lui-même la grenade. Son défenseur Maître Gerbi précise toutefois que son client n’avait pas «l’intention de la jeter sur les forces de l’ordre».

Quelle bêtise j'ai fait ! C'est un geste stupide

«Quelle bêtise j'ai fait ! C'est un geste stupide» : ce sont les propos qu'auraient tenus Maxime Peugeot selon son avocat. Le jeune homme a expliqué avoir ramassé une grenade au sol. A en croire l'avocat, l'étudiant pensait conserver l'engin explosif sans se rendre compte de ce qu'il faisait, mais en espérant «que ce serait une munition de moins pour les gendarmes». Malheureusement, la grenade a explosé quelques secondes plus tard alors qu'il l'avait en main.

Les parents du jeune homme de 21 ans, originaire de Marseille et étudiant à Sciences po Lille, ont également fait savoir qu'ils estimaient que leur fils n'était «pas un zadiste». Maître Gerbi a également annoncé qu'une plainte allait être déposée au pénal pour violence volontaire.

Le procureur a pour sa part déclaré que «la nature et la localisation des lésions confort[ai]ent les constatations faites par les gendarmes sur les circonstances dans lesquelles l’individu a été blessé». Selon lui, elles semblent, en revanche, être «incompatibles avec l’hypothèse avancée par certains, selon laquelle il aurait été blessé alors qu’il tentait de fuir».

Dans la confusion des premiers instants après le drame, l'explication selon laquelle la grenade avait «explosé à hauteur de la main» de Maxime Peugeot avait circulé. La déclaration de l'avocat de Maxime Peugeot est cependant venue contredire cette première hypothèse.

Lire aussi : Notre-Dame-des-Landes : un homme se fait arracher la main en ramassant une grenade offensive

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter