7 Français sur 10 sont favorables à la castration chimique des violeurs

7 Français sur 10 sont favorables à la castration chimique des violeurs© Francois Lenoir Source: Reuters
Illustration

Selon un nouveau sondage Ipsos, les Français se déclarent largement en faveur de la castration chimique des violeurs. Cette question avait été évoquée publiquement, début mai, par Laurent Wauquiez .

La suggestion de Laurent Wauquiez, qui préconisait début mai la castration chimique à l'encontre des délinquants sexuels, a-t-elle été entendue ? Selon un sondage Ipsos publié le 24 mai, 7 Français sur 10 sont favorables à la castration chimique des personnes condamnées pour viol et près de 8 Français sur 10 sont favorables à des peines de prison plus sévères à leur encontre.

90% des sondés jugent également que le système de suivi des délinquants sexuels fonctionne mal en France et ils estiment à 86% que le renforcement des mesures de surveillance serait efficace comme, par exemple, le port du bracelet électronique l'obligation de se rendre régulièrement au commissariat.

En outre, 57% des personnes interrogées trouvent difficile d'évaluer le risque de récidive d'un auteur de crime sexuel. Les sondés proches du Front national (FN) estiment que cette évaluation est facile à 65% contre 29% pour les sympathisants La République en marche (LREM).

La castration chimique pour les violeurs : une proposition de Laurent Wauquiez

Dans une interview publiée le 2 mai, le président des Républicains (LR), Laurent Wauquiez, avait annoncé que les députés de son parti déposeraient une proposition de loi pour imposer la castration chimique aux violeurs, afin de lutter contre la récidive.

Interrogé sur l'efficacité de cette mesure remise en cause par des psychiatres, Laurent Wauquiez avait déclaré : «Ce qui m’importe, c’est la protection des victimes, pas les droits des violeurs.» Le chef de file des Républicains réagissait ainsi à l'affaire Angélique, du nom d'une jeune fille de 13 ans violée et assassinée près de Lille par un récidiviste.

Interrogée à propos de cette même affaire sur le plateau de l'émission On n'est pas couché sur France 2, le garde des Sceaux Nicole Belloubet avait déclaré qu'il n'y avait «pas eu d'irrégularités juridiques» dans ce dossier. Elle avait en outre rappelé que les délinquants sexuels avaient «l'obligation de déclarer régulièrement leur domicile».

Lire aussi : Une avocate dénonce : «Il vaut mieux violer un enfant que de vendre du shit en France»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter