Manuel Valls sera-t-il le prochain maire de Barcelone ?

Manuel Valls sera-t-il le prochain maire de Barcelone ?© Pau Barrena Source: AFP
Manuel Valls

Le leader du mouvement Ciudadanos, arrivé en tête des dernières élections régionales en Catalogne, a proposé à l'ex-Premier ministre français d'être sa tête de liste pour les municipales de 2019 à Barcelone. L'intéressé dit «étudier» cette option.

Il a changé de ligne sur de nombreux sujets. Il a également changé de bord politique. Récemment, la presse se faisait l'écho de changements dans sa vie privée. Mais il est une chose qui ne change pas chez Manuel Valls : son intérêt pour les responsabilités politiques. Et cette volonté semble désormais dépasser les frontières, puisque l'ex-Premier ministre de François Hollande envisage désormais de conquérir la mairie de Barcelone.

Selon le journal La Vanguardia daté du 20 avril, Albert Rivera, le leader du mouvement Ciudadanos, classé au centre-droit de l'échiquier politique, aurait en effet proposé à Manuel Valls de prendre la tête de sa liste dans la capitale catalane. Lors d'un entretien accordé à la chaîne de télévision publique espagnole TVE, l'intéressé a admis être en train d'«étudier» cette option.

Les remous de la politique catalane, agitée par l'épineux problème de l'indépendance, ne font pas peur à l'ancien socialiste. «Je me suis impliqué dans ce débat, parce que je suis né à Barcelone, fils de Catalan, je veux donner à la Catalogne et à l’Espagne, ce qu’elles m’ont donné, ce sont mes origines, c’est une forme de générosité», a-t-il expliqué.

Contacté par BFMTV, l'entourage de Manuel Valls explique que «l'avenir de Barcelone l'intéresse, d'une manière ou d'une autre». Une réponse certes vague, mais qui laisse la porte ouverte à une nouvelle reconversion politique pour l'ex-édile évryen, qui détient la double nationalité franco-espagnole. Et celle-ci pourrait cette fois, enfin, être couronnée de succès : lors des dernières élections régionales en Catalogne en décembre dernier, Ciudadanos est en effet arrivé en tête. Les élections n'auront lieu qu'en mai 2019. Manuel Valls a donc encore le temps de changer d'avis.

Lire aussi : Manuel Valls se dit «très choqué» par les critiques sur les frappes occidentales en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»