La faculté de Tolbiac évacuée par les CRS à l'issue d'une vaste opération (VIDEOS)

- Avec AFP

La faculté de Tolbiac évacuée par les CRS à l'issue d'une vaste opération (VIDEOS)© CHRISTOPHE SIMON Source: AFP
Les forces de l'ordre ont évacué la faculté de Tolbiac dans le calme le 20 avril, selon la préfecture de police

Le blocus de l'université de Tolbiac, centre névralgique de la contestation étudiante, a été levé par une intervention policière impliquant une centaine de CRS. L'opération s'est déroulée dans le calme selon la préfecture de police.

Le blocage du site universitaire parisien de Tolbiac, lieu emblématique de la mobilisation contre la réforme de l'accès à l'université, a été levé à l'issue d'une vaste opération de police lancée au petit matin, le 20 avril.

Au moins une centaine de CRS ont pénétré à 5h sur le site, une tour de 22 étages occupée depuis le 26 mars, essuyant notamment des jets de bouteilles de verre et autres projectiles dans une ambiance très tendue.

Quelques minutes avant le début de l'intervention, les occupants des lieux avaient sonné l'alarme, semant la confusion. Certains se sont retranchés à l'intérieur tandis que d'autres tentaient de s'enfuir en escaladant la grille tout en lançant des projectiles sur les forces de l'ordre.

L'opération a pris fin vers 6h, selon l'AFP qui cite la préfecture de police de Paris (PP), indiquant qu'une centaine de personnes présentes sur place avaient quitté les lieux dans le calme. Un individu a toutefois été interpellé pour outrage et rébellion.

Dans un communiqué, la PP a par ailleurs relevé «des dégradations nombreuses» sur le site qui sont en cours de constatation «aux fins d’exploitation dans un cadre judiciaire».

«Les forces de l’ordre ont mis fin à l’occupation du site "Tolbiac", sous l’autorité du Préfet de Police. Partout l’État de droit sera rétabli», s'est félicité le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sur Twitter. Le 17 avril, devant l'Assemblée nationale, il avait promis que l'ordre serait rétabli «partout» et «en particulier dans les facultés».

Georges Haddad, le président de l'université Panthéon-Sorbonne dont fait partie Tolbiac, avait réclamé à plusieurs reprises l'intervention des forces de l'ordre sur le site, transformé selon lui en «capharnaüm» par les bloqueurs. Il y avait notamment dénoncé une situation «pré-insurrectionnelle» où étaient présents «la violence, la drogue, le sexe». Un état des lieux qui avait été contesté par les occupants, qui avaient jugé ses propos mensongers et diffamatoires.

Lire aussi : Menacés d'expulsion, les occupants de Tolbiac veulent «résister jusqu'au bout» (REPORTAGE)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»