«C'est une intervention militaire, on ne joue pas à la Game Boy»: Marine Le Pen sur la Syrie (VIDEO)

«C'est une intervention militaire, on ne joue pas à la Game Boy»: Marine Le Pen sur la Syrie (VIDEO)© Benoit Tessier Source: Reuters
Marine Le Pen en conférence de presse à l'Assemblée nationale le 16 avril

La présidente du FN a critiqué les frappes militaires de la France en Syrie. Fustigeant l'attitude d'Emmanuel Macron dans cette affaire, Marine Le Pen a estimé que le président français n'avait pas fourni de preuves sur les armes chimiques.

Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron «se prend pour le maître du monde». Le 16 avril, dans les couloirs de l'Assemblée nationale, la présidente du Front national s'est montrée sarcastique : «Et encore là, il faut être content, il partage. Ils partagent à trois la maîtrise du monde.» Une référence au trio qu'a formé le président français avec Donald Trump et Theresa May en ordonnant à leurs forces armées respectives de mener des frappes en Syrie le 14 avril, après les supposées attaques chimiques dont ils accusent le gouvernement syrien d'être responsable.

«Emmanuel Macron oublie que la communauté internationale, ce sont des centaines de pays», a ajouté la présidente du Front national en référence au fait que les trois puissances aient mené cette opération sans l'aval de l'ONU.

«Chaque jour qui passe, j'attends d'avoir le début d'un commencement de preuve de ce qui a justifié la mise en oeuvre d'une intervention militaire de la part de la France», s'est étonnée Marine Le Pen, en rappelant la gravité de ces frappes : «C'est une intervention militaire, ça n'est pas rien. On ne joue pas à la Game Boy.»

Lors de son entretien télévisé accordé le 15 avril aux journalistes Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, Emmanuel Macron avait assuré avoir «obtenu des preuves que des armes chimiques [avaient] été utilisées» par le gouvernement syrien et notamment «du chlore». Le président français n'a toutefois pas détaillé ni présenté ces «preuves».

Dans son entretien télévisé, Emmanuel Macron a prétendu que l'intervention était «légitime», arguant : «C'est la communauté internationale qui est intervenue.» Tout en se félicitant des frappes qui ont été menées contre le pouvoir de Damas, Emmanuel Macron a paradoxalement assuré que la France et ses alliés n'avaient «pas déclaré la guerre au régime de Bachar el-Assad».

Le 14 avril à l'aube, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont attaqué plusieurs cibles en Syrie. Cette attaque coordonnée a été menée sans mandat de l'ONU ni concertation avec le Parlement français. Une initiative censée s'inscrire en représailles à l'attaque chimique présumée de Douma le 7 avril, que les Occidentaux attribuent au pouvoir de Bachar el-Assad. Celui-ci nie toute responsabilité et Moscou affirme détenir les preuves que l'attaque présumée était une mise en scène.

Lire aussi : Syrie : les frappes françaises débattues par le Parlement sans vote, deux jours après l'intervention

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»