«Il faut assumer toute notre histoire», Hortefeux revendique la référence à Maurras

- Avec AFP

«Il faut assumer toute notre histoire», Hortefeux revendique la référence à Maurras© Benoit Tessier Source: Reuters
Laurent Wauquiez et Brice Hortefeux à l'Elysée, alors tous deux ministres du gouvernement sous la présidence de Nicolas Sarkozy, mai 2010, illustration

Après les allusions à Charles Maurras repérées par certains médias dans un discours de Laurent Wauquiez, son conseiller Brice Hortefeux est monté au créneau pour défendre son écurie et rappeler quelques valeurs des Républicains. A droite toute !

«On assume notre histoire. On ne se cache pas», a déclaré le 12 février Brice Hortefeux, conseiller de Laurent Wauquiez, interrogé sur d'éventuelles références à Charles Maurras dans un récent discours du président des Républicains (LR).

Brice Hortefeux était interrogé sur LCI, qui voyait une allusion à une expression connue (opposition du «pays légal» au «pays réel») du journaliste et écrivain de droite (1868-1952) dans une déclaration de Laurent Wauquiez («le pays réel a parlé») employée après la victoire de deux candidats LR lors d'élections législatives partielles. «La France n'est pas une page blanche. C'est une histoire. Et il faut assumer toute cette histoire. Il faut assumer toute notre histoire», a répondu Brice Hortefeux. «On assume notre histoire. On ne se cache pas. On ne la gomme pas. On assume», a-t-il insisté, sans démentir la référence à Maurras.

Lire aussi : Le journal de l'Action française cesse sa publication pour cause financière

«Laurent Wauquiez a la conviction que pour réussir, pour être utile à notre pays, il faut que nous reconstruisions une droite qui soit à la fois forte, c'est-à-dire qui sache faire respecter l'autorité de l'Etat, très exactement l'inverse de ce que le gouvernement a montré comme exemple sur Notre-Dame-des-Landes, une droite qui soit populaire, qui soit offensive sur les questions de sécurité, de justice, d'immigration», a expliqué le vice-président d'Auvergne-Rhône-Alpes.

«Et puis une droite sociale [...], c'est-à-dire qui défende concrètement les classes moyennes qui ont été massacrées sous le précédent quinquennat, qui soit attentive et qui protège les retraités [...] On est riche, avec ce régime, à partir de 1 300 euros net [...] Et puis une droite aussi qui propose une nouvelle politique familiale», a ajouté Brice Hortefeux. Et de conclure : «Nous devons reconstruire une droite qui soit à la fois forte, populaire et sociale, et on réussira en conciliant ces trois objectifs.»

Pour mémoire, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a annoncé dans un communiqué, le 28 janvier 2018, avoir demandé le rappel du livre des commémorations nationales 2018 et sa réimpression «après retrait de la référence à Maurras», afin de «lever l'ambiguïté» sur «des malentendus qui sont de nature à diviser la société française».

Lire aussi : La référence à Charles Maurras sera retirée du livre des commémorations nationales 2018

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter