Paris : ouverture d'une maison close à poupées

Paris : ouverture d'une maison close à poupées© Michael Caronna Source: Reuters
Les poupées en silicone, avenir de la prostitution ?

Les maisons closes sont interdites en France depuis 1946. Mais une entreprise vient de trouver un moyen de contourner cette prohibition en proposant un lieu de détente dans Paris peuplé de poupées de silicone.

Depuis peu, la société Xdolls propose à ses clients de profiter sexuellement de poupées en silicone. Le tout est bien sûr tarifé (minimum 89 euros pour une heure) et le lieu, dans le XIVe arrondissement de Paris, tenu secret. Pour longtemps ? Pas certain, étant donné que la porte extérieure de l'établissement, selon Europe 1, contient une poignée avec la mention «X dolls».

Pour l'instant, seuls ceux qui passent une commande avec prise de rendez-vous sur le site internet peuvent connaître l'endroit exact.

Les «sex dolls», avenir de l'homme ?

Alors que les maisons closes sont interdites depuis 1946 et la loi Marthe Richard, Xdolls contourne cette loi en ayant donc recours à des poupées.

Xdolls nomme ces dernières «sex dolls» et explique :  «un sextoy de dernière génération [...] reproductions très réalistes de vos partenaires favorites». Au nombre de trois, elles ont été nommées Lily, Sofia et Kim et des photographies de chacune permettent au client de faire son choix.

Interviewé par France 24 le 1er février, le fondateur de Xdolls, Joachim Lousquy, 28 ans, explique qu'il profite d'un flou juridique : «Nous avons deux cabinets d'avocats qui nous suivent. Le cadre légal, c'est que nous louons des jouets, un morceau de métal avec du silicone.» D'ailleurs, Joachim Lousquy est convaincu que les «sex dolls» représentent le futur. «C'est comme dans les années 1980 où les premiers godemichets sont devenus à la mode. Désormais, c'est quelque chose de normal. C'est la même chose pour nous, c'est l'évolution du sextoy pour les hommes», a-t-il confié à France 24.

Lire aussi : Big Brother sexuel ? Un vibromasseur accusé de collecter des «informations intimes» de clients

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.