Olivier Berruyer, responsable du blog Les Crises, va porter plainte contre le Décodex

Olivier Berruyer, responsable du blog Les Crises, va porter plainte contre le Décodex© Capture d'écran, abonnes.lemonde.fr/verification/source/les-crises/
La page du Décodex décrivant Les Crises

L'économiste Olivier Berruyer, fondateur du blog Les Crises, va prochainement porter plainte contre le Décodex, notamment pour «dénigrement». Cet outil, créé par Le Monde et prétendant dénicher les fake news, fait polémique.

Particulièrement suivi sur les réseaux sociaux avec plus de 25 000 followers sur Twitter, Olivier Berruyer est remonté contre le Décodex, cet outil développé par Le Monde pour débusquer les fake news. Il a en effet annoncé le 1er février qu'il portait plainte contre le journal. Il accuse l'outil, crée par le quotidien, d'avoir dénigré son blog intitulé Les crises. Pour le blogueur et économiste, le Décodex «met en péril la liberté d'expression des créateurs de contenu sur internet».

En effet, le Décodex, censé «aider à vérifier les informations qui circulent sur internet et dénicher les rumeurs, exagérations ou déformations», a d'abord, en février 2017, estampillé Les crises en rouge, dans la même catégorie que les plateformes dites conspirationnistes ou délivrant de fausses informations. Après une première mise en demeure d'Olivier Berruyer, le Décodex revoit sa copie et le classe, avec un macaron orange, parmi les sites «pas ou peu fiables».

Il est indéniable qu’il n’existe pas de dénigrement plus grand pour un site d’informations que de dire de lui qu’il publie de fausses informations, ou qu’il n’est pas fiable

Dans la première version de la plainte déposée le 1er février (mise en ligne sur «Les crises»), l'avocat d'Olivier Berruyer, Jérémie Assous, assure qu'«aucun élément communiqué au soutien de cette affirmation [le fait que le blog serait "pas ou peu fiable"] ne le justifie» et constate donc l'existence d'«un préjudice moral». «Il est indéniable qu’il n’existe pas de dénigrement plus grand pour un site d’informations que de dire de lui qu’il publie de fausses informations, ou qu’il n’est pas fiable», estime Jérémie Assous. 

En ce sens, la plainte vise, en outre, à condamner «la société Le Monde pour dénigrement, concurrence déloyale, publicité comparative illicite et information erronée au préjudice du blog Les-crises.fr créé par monsieur Olivier Berruyer».

Prenant notamment appui sur des tweets du responsable du Décodex, Samuel Laurent, qui qualifie Olivier Berruyer de «type très très douteux», et contre qui Olivier Berruyer a porté plainte pour diffamation, Jérémie Assous énonce donc que «le Décodex n’a en définitive ni l’habilitation légale, ni la compétence, ni l’intégrité, ni l’impartialité pour se maintenir juge a priori de la qualité éditoriale de sites à visée informative tels que le blog dénommé Les-crises.fr». Olivier Berruyer a d'ailleurs souligné pour RT France qu'il allait porter plainte pour diffamation.

Alors que le président de la République Emmanuel Macron a fait des fake news le centre de l'un de ses futurs projets de loi, le Décodex a déjà été pointé du doigt pour sa subjectivité. Cet instrument est particulièrement critiqué pour sa propension à s'en prendre à des médias qui ne lui conviennent pas.

Lire aussi : Le décodeur décode à plein tube

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter