Essonne : des habitants d'un immeuble frappent deux policiers puis lâchent un pitbull

Essonne : des habitants d'un immeuble frappent deux policiers puis lâchent un pitbull© JOEL SAGET Source: AFP
Le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes. Photo d'archive
Suivez RT France surTelegram

Deux policiers ont pris en chasse deux individus à Corbeil-Essonnes. Ceux-ci se sont réfugiés dans un immeuble, aidés par deux familles... qui ont agressé les agents. Les fonctionnaires se sont vus prescrire plus de trois semaines d'arrêt.

Le 24 janvier, deux policiers de Corbeil-Essonnes (Essonne) ont été blessés après avoir tenté de poursuivre deux individus, dans le quartier des Tarterêts. Selon Le Parisien, deux membres de la brigade anti-criminalité ont été agressés par deux familles qui tentaient d'aider les fuyards. Conséquence : les deux fonctionnaires se sont vus prescrire plus de trois semaines d’incapacité totale de travail (ITT) chacun. 

Les deux jeunes fugitifs auraient pris la fuite en voyant une voiture de police. Les policiers se seraient alors mis à poursuivre les individus. Ces derniers, entrant dans un immeuble, auraient frappé aux portes puis bénéficié de l'aide de deux familles. Toujours d'après le récit du Parisien, une rixe a opposé les deux agents à neuf personnes.

Les forces de l'ordre auraient subi des coups de poing et auraient même dû faire face à un pitbull, lâché par l'une des familles – l'un des fonctionnaires serait parvenu à maintenir l’animal à distance. Un troisième policier, resté dans sa voiture, ne voyant ses collègues revenir, aurait appelé des renforts. Ceux-ci seraient rapidement arrivés sur place et auraient procédé à l'interpellation de cinq individus.

Contacté par le journal, le syndicat de police Alliance dénonce «une nouvelle fois le sentiment d’impunité qui imprègne bon nombre d’individus qui se dressent face aux représentants de l’Etat». «Le manque d’effectif nous prive de la capacité d’intervenir en unités conséquentes, avec un minimum de sécurité», a-t-il ajouté.

Le Parisien précise que le quartier est coutumier des agressions contre les policiers. Le 19 janvier notamment, une policière en patrouille a été blessée à la tête, victime d'un lancer de pavé sur le pare-brise. La voiture conduisait alors une personne placée en garde à vue au centre hospitalier sud-francilien (CHSF).

Lire aussi : Zones sensibles : les voitures de police seront dotées de dispositifs anti-caillassage

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix