Une député LREM sous la bannière Front national ? Nicolas Bay menace de dévoiler un SMS (VIDEO)

Une député LREM sous la bannière Front national ? Nicolas Bay menace de dévoiler un SMS (VIDEO)© Stephane Mahe Source: Reuters
Nicolas Bay
Suivez RT France surTelegram

Lors d’un débat organisé sur CNews le 22 janvier, le vice-président du Front national, Nicolas Bay, a accusé la députée LREM Claire O’Petit d’avoir voulu figurer sur sa liste lors des élections régionales de 2015 en Normandie.

Claire O'Petit a-t-elle effectué un revirement politique à 180 degrés ? C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre face à elle le vice-président du Front national, Nicolas Bay, sur le plateau de CNews le 22 janvier. Le débat a rapidement tourné à la foire d’empoigne : la député LREM a demandé à son contradicteur s'il ne se sentait pas trop «décalé» par rapport à la réalité, en référence à la décision de Toyota d’investir 300 millions d'euros dans le Nord, alors que l'élu frontiste critiquait la politique économique du gouvernement.

Ce dernier a rétorqué : «Je vous rappelle quand même qu'en 2015, il y a un peu moins de trois ans, vous postuliez pour être sur ma liste Front national aux élections régionales.» Face au démenti de Claire O’Petit, le bras droit de Marine Le Pen a réitéré son accusation en menaçant de rendre public un SMS qu’elle lui aurait envoyé. «Allez-y, ce sera faux et je vous attaque», l'a alors averti la députée de la cinquième circonscription de l’Eure. 

Claire O'Petit, une habituée des polémiques

Dans une déclaration en mai 2017 au Parisien, un cadre du parti frontiste avait affirmé que Claire O’Petit avait bien demandé à être investie sur la liste de Nicolas Bay. Ce dernier l’aurait même rencontrée dans un restaurant parisien en présence de Gilbert Collard pour discuter de la chose. La députée s'était alors défendue dans le Parisien : «Gilbert est un copain des Grandes Gueules, il m'a invitée à déjeuner. Là-dessus, Nicolas Bay est arrivé inopinément, mais jamais nous n'avons parlé d'investiture.»

Ce n'est pas la première fois que Claire O'Petit est au cœur d'une polémique. En août dernier, elle n'avait pas apprécié la sortie de sa collègue député Aurore Bergé, qui lui avait demandé d'être moins acerbe vis-à-vis de Richard Ferrand. Elle avait alors déclaré : «Je vais me la faire la gamine.» Plus récemment, en pleine polémique sur la réduction de cinq euros de l'aide personnalisée au logement, elle avait estimé que les bénéficiaires des APL devaient participer à l'effort de réduction du déficit. Elle a alors interrogé ceux qui «pleurent pour cinq euros» : «Qu'allez-vous faire de votre vie ?»

Lire aussi : «Je vais me la faire» : une députée LREM n'a pas apprécié le recadrage de sa collègue marcheuse

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix