Interdictions de stade pour des fans de Chelsea après une agression raciste dans le métro parisien

Cinq supporters de Chelsea ont été interdits de stade pour des actes racistes à Paris.
Cinq supporters de Chelsea ont été interdits de stade pour des actes racistes à Paris.

Lors du huitième de finale de Ligue des Champions entre Paris et Chelsea, les fans londoniens avaient empêché un homme de monter dans le métro car il était noir. Ils ont été condamnés à plusieurs années d'interdiction de stade.

En février dernier, les supporters anglais de l'équipe de football de Chelsea s'étaient déplacés en nombre à Paris, pour assister au huitième de finale de Ligue de Champions entre le Paris Saint-Germain et leur club. Dans le métro pour se rendre au stade quelques-uns de ces supporters avaient été impliqués dans un incident raciste. Ils avaient refusé qu'un homme noir entre dans la même rame de métro qu'eux. 

Souleymane S. avait été repoussé à plusieurs reprises du wagon, alors que les fans anglais entonnaient des chants racistes. Finalement, après plusieurs mois, cinq supporters de Chelsea ont été condamnés, mercredi à Londres, à des interdictions de stade de trois à cinq ans.

Richard Barklie, un ancien policier de 50 ans et actuel directeur d'une ONG travaillant en Afrique, Josh Parsons, un ancien employé d'une compagnie financière âgé de 20 ans et William Simpson, 26 ans ont tous les trois été condamnés à ces interdictions de stade au Royaume-Uni et à l'étranger par un tribunal londonien.

Un quatrième supporter, Jordan Munday, 20 ans, a été condamné à trois ans d'interdiction de match pour avoir notamment chanté avec ses camarades: «Nous sommes racistes, nous sommes racistes et on aime ça». Un cinquième fan, Dean Callis, 32 ans, a également écopé de cinq ans d'interdiction de stade pour cet incident et d'autres altercations violentes, lors d'une précédente audience, a confirmé Scotland Yard. 

Souleymane, la victime est un père de famille de 33 ans. «Traumatisé» par cet acte, il est en arrêt de travail depuis plusieurs mois.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales