«Deux bons copains» : opposition et journalistes dénoncent l'interview de Macron sur France 2

«Deux bons copains» : opposition et journalistes dénoncent l'interview de Macron sur France 2© FRANCE TELEVISIONS Source: AFP
Le président a accordé une longue interview au service public le 17 décembre

Laurent Delahousse était chargé d'interviewer le président pour France 2, mais l'entretien, diffusé le 17 décembre, qui devait porter sur les différents dossiers de ce début de quinquennat d'Emmanuel Macron n'est pas du goût de ses confrères.

Le 12 décembre, la chaîne France 2 était invitée sous les ors de la République au palais présidentiel pour interviewer Emmanuel Macron. Laurent Delahousse devait interroger le président sur ce début de mandat et passer avec lui en revue les différents dossiers politiques qui ont fait l'actualité en 2017. 

Mais dès la fin de la diffusion de l'interview, les critiques ont commencé à fuser sur internet de la part de confrères de Laurent Delahousse et d'opposants politiques à Emmanuel Macron qui ont trouvé le ton du journaliste trop «déférent» et ses questions pas assez incisives.

Le pire du journalisme français déférent

Un journaliste de Reuters a aussitôt tweeté dans la langue de Shakespeare : «L'une des questions les plus percutantes de l'interview de Macron : "Voici le sapin de Noël dans la cour, c'est la fin de l'année, que voulez-vous dire aux Français, n'ayez pas peur ?" Le pire du journalisme français déférent.»

Jean-Jacques Bourdin, journaliste vedette de RMC, a lui aussi étrillé son confrère le 18 décembre dans sa quotidienne matinale. «Deux bons copains qui ont passé bonne soirée, c'était enregistré mardi. C'est sympa hein», a-t-il ironisé, avant d'ajouter : «C'est ce qu'on appelle du service après-vente. Du service après-vente d'une réunion qui a eu lieu mardi.»

La classe politique ricane

Les opposants politiques du président, notamment dans les rangs des Insoumis, n'ont pas tardé à faire entendre leur avis sur un ton tranchant. Le député du Nord Adrien Quatennens a ironiquement remercié Laurent Delahousse «pour ces questions pertinentes et cette irrévérence caractéristique pour éclairer l'actualité face au monarque présidentiel».

Le nouveau porte-parole du Front national, Sébastien Chenu, a rappelé les propos prêtés à Emmanuel Macron par le magazine L'Express le 5 décembre, lorsqu'il aurait qualifié le service public de l'audiovisuel de «honte de la République», information qui avait été démentie par le chef de l'Etat.


Lire aussi :
 Macron assure qu'il faudra compter avec Bachar el-Assad, mais qu'il devra «répondre de ses crimes»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter