La ministre de la Culture prévoit un tirage du loto et un jeu à gratter pour sauver le patrimoine

La ministre de la Culture prévoit un tirage du loto et un jeu à gratter pour sauver le patrimoine© Thomas Samson
Grille de loto de la Français des jeux

Françoise Nyssen, la ministre de la Culture, a annoncé que les recettes d’un tirage spécial de la Française des jeux et d'un nouveau jeu de grattage allaient être allouées à la préservation du patrimoine.

Où trouver les fonds pour réparer des vitraux ou renforcer la charpente d’un moulin d’exception ? Le ministère de la Culture s’active pour trouver des solutions qui ne puisent plus dans les deniers publics, et sort de son chapeau les solutions les plus inattendues. Françoise Nyssen a annoncé 15 mesures au cours de la présentation de la «stratégie pluriannuelle en faveur du patrimoine» dans la matinée du 17 novembre. L'une d'elle prévoit que les recettes d’un tirage spécial de la Française des jeux allaient être consacrées à l’entretien du patrimoine. Un jeu de grattage sera également lancé au profit des monuments à rénover. Le tout au moment des Journées du patrimoine en septembre 2018.

La ministre de la Culture a tweeté cette nouvelle.

 

Cette idée de loto n’était pas du goût du ministère des Finances, très peu désireux de voir lui échapper la manne d’un tirage, un dividende équivalent à 25% des sommes misées, estimé à 20 millions d'euros par la ministre. Mais Française Nyssen a réussi à obtenir gain de cause.

15 mesures pour le patrimoine

Durant cette intervention, Françoise Nyssen a précisé les lignes directrices de l'intégralité du projet qui se compose de 15 mesures. 

Elle a déclaré en préambule : «Notre patrimoine est fait de plusieurs dizaines de milliers de monuments, bâtiments, ouvrages et sites de toute nature qui ne font pas tous l’objet de mesures de protection particulières mais qui ont un intérêt historique ou artistique à préserver.» Pour les protéger, elle a annoncé que «le budget dédié à l’entretien et à la restauration augmentera de 5% l’an prochain pour être porté à 326 millions d’euros».

Un fonds public incitatif de 15 millions d’euros sera destinés aux petites communes de moins de 2 000 habitants. Car pas question de privilégier les édifices prestigieux, l’architecture vernaculaire, régionale, rurale, sera particulièrement scrutée. 

«Seuls 3% des monuments historiques appartiennent à l’Etat», a annoncé le ministère. Le quart des 45 000 bâtiments, classés ou inscrits, sont déclarés en mauvais état, et 5% ­seraient en ­péril». 40% des édifices protégés appartiennent à des propriétaires privés qui n'ont pas les fonds pour les rénover ou sont rebutés par le poids des démarches administratives pour obtenir une subvention publique.

La simplification des démarches est au menu, et le digital s’invite au secours des veilles pierres : une application viendra enregistrer les demandes de soutien financier pour les propriétaires de bâtiments patrimoniaux. Françoise Nyssen a également annoncé le lancement le 17 novembre de la plateforme numérique lancée dans le cadre de la mission confiée à Stéphane Bern, en septembre, pour signaler les monuments en péril.

Cette quinzaine d’idée développées par la ministre soulignent la difficulté de financement du patrimoine, et annoncent la diversification exponentielle des sources de collecte de fonds qui ne soient pas de l’argent public : appel aux dons, mécénat, jeux, susceptibles de garnir cette enveloppe. Une des dernières idées, proposée par Stéphane Bern, celle de faire payer l'entrée de certaines cathédrales, avait été accueillie par un vent de protestation.

Lire aussi : L'ex-ministre de la Culture française Audrey Azoulay élue directrice générale de l'Unesco

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.