Numéro «anti-relous» : pétition de journalistes en soutien à leur consœur Nadia Daam, harcelée

Numéro «anti-relous» : pétition de journalistes en soutien à leur consœur Nadia Daam, harcelée
Nadia Daam au micro d'Europe 1 le 1er novembre 2017, capture d'écran YouTube/Europe 1, DR

Après une chronique radio où elle s'en prenait aux internautes des forums du site jeuxvideo.com, la journaliste Nadia Daam a fait l'objet d'une pluie d'injures et de menaces. Un certain nombre de ses confrères ont lancé une pétition pour la soutenir.

Dernier épisode en date du feuilleton du numéro de téléphone «anti-relous», destiné à décourager les harceleurs de rue, L'Obs et Libération ont lancé ce 3 novembre 2017 une pétition de journalistes en soutien à leur consœur Nadia Daam. Cette dernière, qui collabore notamment à l'émission d'Arte «28 minutes», affirme faire l'objet de harcèlement depuis sa chronique du 1er novembre au micro d'Europe 1. 

Le bac marron d'internet

A l'antenne de cette radio, Nadia Daam avait vivement fustigé le 1er novembre dernier les utilisateurs du fameux «Forum Blabla 18-25 ans», plate-forme de forums hébergée par le site jeuxvideo.com, pour des commentaires à l'encontre du «numéro anti-relous» et des appels à le «troller». «Ce forum, pour dire les choses poliment représente le bac marron d'internet, la poubelle à déchets non recyclables. A ce stade-là, ce n'est pas #Balancetonporc mais toute la chaîne de fabrication des jambons Madrange, couenne comprise», avait-elle lancé dans une longue diatribe, où elle conspuait des internautes dont la maturité cérébrale ne dépassait pas le «stade embryonnaire». Avec pour effet de déchaîner certains internautes, au point que L'Obs rapporte que Nadia Daam a été victime d'attaques contre ses comptes électroniques, d'injures pornographiques, mais aussi de menaces de mort et de viol.

La journaliste aurait en outre été la cible de tentatives d'intrusion à son domicile au milieu de la nuit.

Quant au «numéro anti-relou», il n'a tenu que trois jours après sa mise en place le 27 octobre 2017, victime d'une opération massive de messages parasites, une «attaque coordonnées» selon les deux militants féministes, Elliot Lepers et Clara Gonzales, à l'origine de l'initiative. Ils ont fait état de quelque 20 000 messages d'insultes, pointant du doigt les forums de jeuxvideo.com.

L'opération féministe, à la fois dissuasive et pédagogique, visait à donner les moyens aux femmes de se débarrasser d'un importun en lui donnant un faux numéro de téléphone. Le dragueur, en essayant de contacter une femme quelques heures après l'avoir rencontré, recevait le sms suivant : «Bonjour ! Si vous lisez ce message, c'est que vous avez mis une femme mal à l'aise. Avec vous, elle ne s'est pas sentie en sécurité. Ce n'est pas très compliqué : si une femme dit "non", inutile d'insister. Apprenez à respecter la liberté des femmes et leurs décisions. Merci.»

Lire aussi : Non à la victimisation : des féministes revendiquent l'attaque de la gendarmerie de Meylan

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.