Macron accueilli par des étudiants en colère pour son discours à la Sorbonne (IMAGES)

Macron accueilli par des étudiants en colère pour son discours à la Sorbonne (IMAGES)© Capture d'écran Twitter / @LorenzoRTFranc1
Manifestants bloqués par les forces de l'ordre à proximité de la Sorbonne.

Alors que le président tient un discours sur la refondation de l'Union Européenne à l'université de la Sorbonne à Paris, des étudiants ont appelé à perturber son intervention en réaction aux mesures prises depuis le début de son quinquennat.

«Macron baisse les APL et diminue l'ISF, ampute de 300 millions d'euros le budget de l'enseignement supérieur alors même qu'il n'y a jamais eu autant d'étudiants, casse le code du travail avec sa loi travail XXL et n'offre aux jeunes que précariat et ubérisation», peut-on lire dans un appel à mobilisation contre la venue d'Emmanuel Macron à la Sorbonne. Il doit y prononcer un discours sur la refondation et la poursuite de la construction européenne dans un contexte hautement tendu, entre le Brexit et le récent succès électoral des eurosceptiques de l'AfD en Allemagne le 26 septembre. Une action baptisée «Jetons Macron hors de nos facs» y est organisée.

Plus d'une heure avant le discours du président, des banderoles arborant des slogans hostiles à sa politique économique avaient déjà été déployées aux alentours de l'université.  

De légères échauffourées avec les forces de l'ordre ont éclaté avant même la prise de parole d'Emmanuel Macron. 

Macron rends le pognon 

Derrière une banderole faisant référence à la célèbre série «Game of thrones» et reprochant son programme économique à Emmanuel Macron, notamment la baisse généralisée des aides personnalisées au logement (APL) et la réforme du Cde du travail par ordonnances, le reporter dépêché sur place de RT France a filmé une jeune femme scandant : «Macron rends-nous le pognon pour l'Education !»

«Il [Emmanuel Macron] nous propose de faire baisser les APL, il nous propose de baisser le budget des universités de 330 millions d'euros et il nous propose de mettre en place la sélection à l'entrée de l'université alors qu'on a déjà 3 000 néo-bacheliers [en 2017] sur le carreau», s'indigne une militante de l'Unef, interviewée par le reporter de RT France. Elle reproche par ailleurs au président la baisse des des aides personnalisées au logement (APL) et la baisse de budget des universités. 

Quelques étudiants, armés de banderoles ont scandé des slogans tels que «Tout le monde déteste le président».

Alors que le chef de l'Etat s'exprime vers 15h, les manifestants avaient appelé à se rassembler vers 13h. Un important dispositif policier a été déployé devant la Sorbonne, bloquant la rue et contrôlant tout visiteur souhaitant entrer dans la zone. 

«Il est intolérable que le président Macron essaie de venir se faire mousser sous les dorures de la Sorbonne tout en sapant les finances de toutes les écoles et universités françaises. Pour nous étudiants, Macron et son gouvernement ne représentent qu'une menace pour nos études et notre futur», poursuit la Sorbonne intervention antifasciste militante organisée (Siamo), organisateur de la manifestation.

Le syndicat Unef a aussi profité de la venue du président pour appeler à un rassemblement devant la Sorbonne afin de l'interpeller sur les conditions d'études et l'accès à l'université.

Après avoir été bloqués par la police, des manifestants ont tenté de quitter les lieux en groupe avant d'être rapidement dispersés les forces de l'ordre. 

D'après Le Figaro, Emmanuel Macron devrait dévoiler plusieurs «mesures emblématiques et concrètes», destinées à «lancer le débat» au niveau européen «avant la fin de l'année». 

Le chef de l'Etat espère relancer la machine européenne, dépourvue selon lui de vision à long terme depuis des années, affaiblie par une ouverture à tous vents à la mondialisation et enlisée dans la bureaucratie, la surréglementation et des décisions à l'unanimité, freinées notamment par la Grande-Bretagne.

Il devrait détailler une méthode de travail pour avancer sur cinq chantiers clés : le numérique, le climat, la sécurité et la défense, la question migratoire et les questions économiques et commerciales.

Lire aussi : «Nous avons tous une part de fainéantise» : Le Maire tente de rattraper le coup après la polémique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.