Baffie visé par une enquête du CSA pour une jupe soulevée : «C’est Orwell !» dénonce Ardisson

Baffie visé par une enquête du CSA pour une jupe soulevée : «C’est Orwell !» dénonce Ardisson© Capture d'écran Youtube C8
Laurent Baffie soulevant la jupe de Nolwenn Leroy

Après avoir reçu des plaintes de téléspectateurs, le CSA a décidé d'ouvrir une enquête contre l'humoriste Laurent Baffie, qui a soulevé la jupe de la chanteuse Nolwenn Leroy. L'animateur Thierry Ardisson s'offusque d'«un système de dénonciation».

Le CSA a décidé d'ouvrir une enquête après avoir reçu de nombreuses plaintes concernant l'attitude de Laurent Baffie lors de l'émission Salut les terriens, diffusée sur C8. De son côté, l'animateur Thierry Ardisson dénonce un climat de délation. 

Le 23 septembre, la chanteuse Nolwenn Leroy était l'une des invités de Thierry Ardisson sur le plateau de Salut les terriens, son émission hebdomadaire. Comme souvent, l'humoriste Laurent Baffie était présent et ne s'est pas privé de l'occasion qui lui était offerte de faire des plaisanteries graveleuses. Feignant de se plaindre du manque d'intérêt de l'émission, il s'est alors exclamé : «Faut du cul, faut du cul !» Joignant le geste à la parole, il a alors relevé légèrement la jupe de Nolwenn Leroy, qui, de son côté, la retenait. «Je le laisse faire parce que c'est Laurent et que c'est mon ami», a alors déclaré la chanteuse en riant.

Mais nombre de téléspectateurs semblent ne partager ni l'humour de Laurent Baffie ni la vision de Nolwenn Leroy. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a en effet rapporté avoir reçu plus d'une dizaine de plaintes à la suite de la diffusion de l'émission. L'autorité administrative a donc ouvert une instruction.

«C'est Orwell !» : Ardisson offusqué

Se confiant au blog de Jean-Marc Morandini, Thierry Ardis­son a dénoncé une situation qu'il a qualifiée d'«incroyable». «C’est Orwell ! On rêve !», s'est-il indigné, avant de remettre en cause la légitimité du CSA et de son mode de fonctionnement.

«Je suis un citoyen français qui répond aux lois de mon pays : si une association de lutte contre le remonté de jupe m’attaque, très bien, mais moi, je ne reconnais pas cette juri­dic­tion inter­mé­diaire [le CSA] !», a-t-il déclaré. «Le CSA s’ap­puie sur des signa­le­ments, je déteste ce système de dénonciation anonyme, on se croi­rait en 1942, époque où les Français avaient déjà une fâcheuse tendance à dénon­cer», a-t-il ajouté.

Lire aussi : L'animateur controversé Cyril Hanouna met en garde contre la mise en place d'une «police du rire»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.