Attac rebaptise le nouveau QG de LREM «La régression en marche» (IMAGES)

Attac rebaptise le nouveau QG de LREM «La régression en marche» (IMAGES)© Capture d'écran Twitter @tremblay_p
Des activistes d'Attac devant le QG de LREM à Paris

Des militants de l'organisation altermondialiste Attac ont mené une action devant le nouveau siège de La République en marche, rue Saint-Anne, à Paris, afin de dénoncer la politique de «régression sociale» menée par Emmanuel Macron.

Plusieurs dizaines de militants d'Attac ont rebaptisé «La régression en marche» le nouveau siège de La République en marche (LREM) situé au 63 rue Sainte-Anne à Paris, mettant en scène le président de la République grimé en Jupiter. 


Tiré par des «travailleurs jetables», Emmanuel «Jupiter» Macron a été amené sur son trône devant les portes du nouveau QG de la majorité, avant d'être affublé d'une poubelle portant la mention «président cynique».  

La mesure dénoncée par les activistes altermondialistes est la réforme du Code du travail, projet phare du gouvernement au centre de la contestation sociale de cette rentrée de septembre. 

«Derrière cette réforme, ce sont toujours les mêmes idées reçues : le coût du travail est trop élevé, si les embauches sont limitées, c'est parce qu'il est compliqué de licencier. En réalité, les PME si chères au président n'ont pas besoin de cette nouvelle loi travail pour embaucher. Elles ont surtout besoin qu'on les aide à remplir leur carnet de commandes. Ce gouvernement est prompt à dénoncer le coût supposé trop élevé du travail, mais observe un silence absolu sur le coût du capital, quand on sait que les entreprises du CAC 40 ont reversé 46 milliards d'euros à leurs actionnaires en 2016», a déclaré Aurélie Trouvé, porte-parole d'Attac France. 

La semaine sociale s'annonce chargée pour le gouvernement, qui devra faire face à une nouvelle mobilisation de la CGT le 21 septembre, tandis que La France insoumise appelle à un rassemblement le 23 septembre.

Les fédérations de routiers CGT et FO ont, elles, appelé à une grève reconductible à partir du 25 septembre.

Lire aussi : Mobilisations contre la réforme du code du travail : le gouvernement joue-t-il son quinquennat ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.