Attaques de loups : un éleveur excédé tient en joue une équipe de télévision de France 3 (VIDEO)

Attaques de loups : un éleveur excédé tient en joue une équipe de télévision de France 3 (VIDEO)
Illustration ©Eric Gaillard/Reuters

La réapparition du loup dans plusieurs départements français, ainsi que la soumission de son abattage à des quotas stricts, continuent de fâcher les éleveurs de brebis, qui imputent au prédateur de nombreuses attaques de troupeau.

Dans le Sud de la France, les éleveurs semblent à bout de nerf, échaudés par les attaques de loups contre leur cheptel. Ce 30 août, deux journalistes ont même été tenus en joue par un éleveur dans le Lot, rapporte le rédacteur en chef adjoint de France 3 Midi-Pyrénées, Fabrice Valéry, sur son blog.

Les deux journalistes réalisaient une enquête sur le carnage qu'aurait fait un un loup au sein d'un troupeau de brebis. C'est alors qu'ils sont tombés sur un homme armé d'un fusil de chasse, qui a ensuite épaulé son arme et tenu en joue les deux salariés de la chaîne de télévision publique française, ainsi qu'un fonctionnaire en charge des eaux et forêts qui accompagnait l'équipe. L'incident s'est arrêté là, l'agriculteur ayant retrouvé son calme mais le caméraman a filmé la scène. 

Tu vas te prendre une balle dans le c** [...] Monte dans ta bagnole, casse-toi

«Tu vas te prendre une balle dans le c** [...] Tu veux faire l'envoyé spécial ? [...] Monte dans ta bagnole, casse-toi [...] Y a pas des choses plus graves à dénoncer ?», hurle l'individu armé.


Preuve de la tension ambiante, le journal Centre Presse rapporte que le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, a renoncé à se rendre dans l'Aveyron le 1er septembre prochain. Le 26 août, plusieurs départements d'Occitanie touchés par des attaques de loup avaient organisé un rassemblement dans l'Ariège, bloquant des voies de la ville de Saint-Girons avec des tracteurs.

Trois semaines plus tôt, le 5 août, des centaines d'éleveurs et d'élus, accompagnés de milliers de brebis, s'étaient rassemblés dans l'Aveyron pour dénoncer le massacre de leurs troupeaux par les loups.

Lire aussi : 209 brebis tuées par un ours dans les Pyrénées : Nicolas Hulot attendu au tournant par les éleveurs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.