Coup d'Etat annoncé : un mouvement organise une prise de pouvoir ce 14 juillet

Capture d'écran d'une vidéo du mouvement du 14 juillet.
Capture d'écran d'une vidéo du mouvement du 14 juillet.

Un mouvement, proche des milieux complotistes et anti-système, appelle à se rassembler à Paris le 14 juillet, jour de la fête nationale, pour réaliser un coup d'Etat.

Depuis plusieurs semaines, sur les ponts d'autoroute, les ronds-points, on peut lire cette étrange inscription : «Mouvement du 14 juillet». Derrière ce nom, un mouvement né sur internet et qui appelle le peuple à descendre dans la rue le jour de la fête nationale pour prendre le pouvoir. Rien de moins qu'un coup d'Etat.

Derrière ce mouvement qui a pris de l'ampleur sur internet, avec une vidéo vue plus de deux millions de fois - et qui s'inspire de la manière de faire des Anonymous, qui ont dénoncé ce plagiat sur Twitter -  une star de la complosphère, Eric Fiorile. Son objectif : organiser une prise de pouvoir ce 14 juillet, avec un rendez-vous donné à 10 heures place de la Concorde, en plein défilé militaire.

Selon les membres du mouvement du 14 juillet en effet, le gouvernement dirigé par Manuel Valls n'est pas légitime car les accords passés avec l'Europe ou des pays étrangers sont dénoncés comme «des trahisons». Les membres de ce mouvement prétendent donc «rendre la souveraineté au peuple français».

Les membres du mouvement, qui ont créé un site internet, ont pour ambition de renverser « des politiciens qui n'ont», selon eux «pas la légitimité nécessaire à l'exercice de leur fonction».

Interrogé par le site des Inrock, Myriam Vouters, porte-parole du mouvement, dévoile même le plan de ce coup d'Etat annoncé. «On se rassemblera place de la Concorde, c’est l’endroit où se terminent les défilés ce jour-là. On fera face aux représentants du gouvernement», prévient-elle. «Les forces militaires auront un choix à faire, et on espère bien qu’elles vont nous rejoindre.» Et de menacer de prendre «le contrôle des bâtiments stratégiques : Elysée, Matignon, palais du Luxembourg et Assemblée nationale».

S'il est difficile d'imaginer une prise de pouvoir au nez à la barbe de tous les militaires français - et des militaires mexicains invités par la France - réunis à Paris pour le 14 juillet, le mouvement a en tout cas séduit dans la complosphère et dans la sphère «anti-système», recevant ainsi le soutien du site proche de Dieudonné Quenel +, ou du site créé par Alain Soral, Egalité et réconciliation. Le mouvement rappelle en tout cas le «Jour de Colère» organisé en janvier 2014 en France par un collectif d'extrême droite. Reste à voir combien ils seront, mardi matin place de la Concorde.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales