«Nicole est morte, me revoilà sénatrice» : l'étrange réaction de la remplaçante de Nicole Bricq

«Nicole est morte, me revoilà sénatrice» : l'étrange réaction de la remplaçante de Nicole Bricq Source: AFP
Nicole Bricq était âgée de 70 ans

La mort de l'ex-ministre Nicole Bricq a fait réagir Hélène Lipietz, l'écologiste qui devrait lui succéder brièvement au Sénat. Et celle-ci, mettant en avant ses différends politiques avec la défunte, assure ne ne pas avoir versé de larmes.

Le décès de Nicole Bricq, sénatrice La République en marche (LREM) élue sous les couleurs du Parti socialiste en 2011, a provoqué l'émotion d'une grande partie de la classe politique. Mais pour celle qui sera appelée à lui succéder, l'écologiste Hélène Lipietz, la nouvelle a pris une saveur semble-t-il différente. «Nicole est morte, me revoilà peut-être sénatrice…» : c'est ainsi que l'intéressée a sobrement intitulé un billet publié sur son blog après l'annonce du décès de celle dont elle devrait prendre la place pour quelques semaines, les prochaines élections sénatoriales devant avoir lieu au mois d'octobre. 

«Le pire des scénarios, et pour elle et pour moi…» ose Hélène Lipietz, comparant son retour au Sénat (elle avait déjà remplacé Nicole Bricq de 2012 à 2014, lorsque celle-ci avait été nommée ministre du Commerce extérieur par François Hollande) au décès de l'élue LREM qui a succombé, âgée de 70 ans, à une chute dans les escaliers de sa résidence de vacances le 6 août.

La suite du texte rédigé par Hélène Lipietz ressemble moins à un éloge funèbre qu'à un coup de pied de l'âne : «A la fin de mon mandat de remplaçante elle m’a appelée et ce fut notre dernière conversation : elle voulait rester au Sénat pour être un bon petit soldat du socialisme…» Rappelant que Nicole Bricq avait abandonné le PS pour rejoindre LREM, Hélène Lipietz note, quelque peu sardonique : «La vie joue des tours parfois.»

Face aux indignations, Hélène Lipietz assume... et en rajoute

Le ton adopté par la remplaçante potentielle de Nicole Bricq n'a pas manqué de choquer certains lecteurs. Dans les commentaires, plusieurs internautes font part d'une certaine indignation, qualifiant les mots d'Hélène Lipietz de «dégueulasses et nombrilistes». «J’espère sincèrement que vous ne serez pas sénatrice car manquer à ce point de décence, de jugeote, de réflexion mais aussi de cœur est effrayant», peut-on encore lire.

Faut-il déceler dans ces lignes une confusion des genre peu heureuse ou une véritable démarche critique ? A en juger par les réponses qu'Hélène Lipietz a pris la peine d'adresser à certains des lecteurs de son blog ayant fait part de leur indignation, le ton de son billet est totalement assumé. Celle-ci précise même : «Il n’y a pas de larmes lourdes, puisqu’il n’y a pas de larmes». «J’admire la femme politique qu’a été Nicole, mais je ne partage pas ses dernières idées voire même les regrette, mais en même temps je trouve que la vie me fait une sacrée farce», poursuit-elle un peu plus loin.

Hélène Lipietz concède toutefois une certaine tristesse... concernant son avenir encore incertain. Dans l'attente de savoir si elle remplacera effectivement ou non Nicole Bricq, elle témoigne de son inquiétude à l'idée de ne plus pouvoir s'adonner à sa nouvelle passion, tout en assurant qu'elle sera disponible si le Sénat l'exige d'elle : «Pendant 6 semaines j’aurai le plaisir de reprendre le clavier pour répondre aux citoyens-citoyennes comme je l’ai fait pendant 22 mois, laissant de côté ma nouvelle profession, que je n’ai même pas eu le temps de vous présenter : cuistote-bouquiniste :-)» En effet, Hélène Lipietz a ouvert récemment un restaurant-librairie à Avallon, dans l'Yonne.

Lire aussi : Castaner trouve la tenue de Rihanna «un poil trop ample»... et se fait lyncher sur Twitter

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.