Interdire Lorenzo ou les féministes ? La pétition initiée par le rappeur remporte le match

Interdire Lorenzo ou les féministes ? La pétition initiée par le rappeur remporte le match© Capture d'écran Twitter
Le rappeur Lorenzo

Surnommé l'Empereur du sale, le rappeur et adepte du second degré Lorenzo, est ciblé par des féministes qui réclament l'annulation de son concert à Dijon. En retour, le provocateur a lancé une pétition pour interdire les féministes à l'événement.

On sait que la culture du clash est inhérente au rap, mais elle oppose généralement des artistes entre eux, plutôt que d'impliquer des acteurs de la société civile.

Et pourtant, une confrontation a été initiée par deux collectifs féministes français, Greenwitch et Beste, qui ont mis en ligne une pétition demandant l'interdiction du concert du rappeur Lorenzo, qui doit se produire à Dijon le 1er septembre.

Reprochant à l'artiste de tenir «ouvertement des propos à caractère raciste, fasciste, sexiste, homophobe, transophobe, pédophile» et de faire «l’apologie de diverses formes de violences, comme le viol», les deux collectifs féministes demandent à la ville de Dijon de refuser l'opportunité d'«offrir une visibilité à ce rappeur». Cette pétition a, au moment où nous écrivons ces lignes, recueilli 1 300 signatures.

Ni une, ni deux, Lorenzo a contre-attaqué en suggéreant de faire une pétition afin d'interdire aux féministes de venir au concert

«Nous, signataires de cette pétition, demandons à la municipalité de Dijon et au comité d’organisation du concert de rentrée de la ville de Dijon de laisser programmé Lorenzo mais d'interdire la présence des féministes durant son super concert», stipule le texte signé par 31 000 personnes. 

«Lorenzo a quand même précisé que les collectifs de femen "Beste" et "Greenwitches", qui demandent l'annulation du concert, pourront quand même venir montrer leurs seins», poursuit le rappeur dans une ultime provocation. 


Mises en cause par l'artiste et par des titres de presse mentionnant la polémique, les Femen ont précisé ne pas être concernées par cette affaire. «FEMEN ne connaît pas son existence et ne s'y intéressera jamais», ont déclaré les activistes sur Twitter, à propos du rappeur. 


Christine Martin, adjointe à la culture de la ville de Dijon, a d'ores et déjà fait savoir qu'elle n'interdirait pas le concert. «Il n'est pas question que nous censurions un artiste, de façon très claire», a-t-elle confié à France Bleu

«On peut ne pas aimer, mais ça reste du second, voire du 25e degré. Il ne faut pas confondre le travail d'un artiste et sa personnalité. Lorenzo, ce n'est pas Alain Soral ou Dieudonné. On n'est pas dans de l'idéologie, on est dans la bouffonnerie. La parodie, poussée à l'extrême, de certains groupes de rap aujourd'hui», a-t-elle conclu.

Lire aussi : Allemagne : les Femen font irruption sur la scène pendant un concert de Woody Allen (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.