Le «Jean-Claude Van Damme du Nord» volontaire pour représenter un syndicat policier à l'Elysée

Le «Jean-Claude Van Damme du Nord» volontaire pour représenter un syndicat policier à l'Elysée© Capture d'écran Twitter
L'acteur Sylvain Naudin

Ce n'est ni Bono ni Rihanna, mais le syndicat VIGI a trouvé chaussure à son pied. Le syndicat avait lancé un appel il y a quelques jours pour trouver une personnalité du showbiz le représentant, afin d'être enfin reçu par Emmanuel Macron.

Le syndicat de police VIGI s'attendait peut être à un candidat plus prestigieux pour parvenir, enfin, à rencontrer Emmanuel Macron à l'Elysée, mais le soutien de Sylvain Naudin, acteur douaisien, est toujours bon à prendre.

Dans un communiqué publié le 30 juillet, VIGI affirme avoir fait une demande de rendez-vous à l'Elysée via son site internet, avant de remercier l'acteur pour «son engagement auprès des policiers». 

«Ceci est tout à fait normal ! La sécurité des Français n'a pas à intervenir sur une question de budget... Notre police, doit avoir le nécessaire pour effectuer un travail digne, il s'agit tout de même de notre police, de votre sécurité, et celles des Français. Solidarité !», a écrit le comédien sur le réseau social Facebook. 

Originaire de Douai, Sylvain Naudin s'est illustré comme acteur dans des petites productions d'action, qui lui ont valu le surnom de «Jean-Claude Van Damme du Nord».


Le syndicat de police se réserve néanmoins le droit de recruter d'autres célébrités. «Cette période estivale n'est pas forcément propice à répondre aux petites annonces», explique-t-il. 

«Peut être que nous pourrons faire signer une tribune d'artistes et d'intellectuels en faveur de la police pour le mois de septembre», concluent les policiers. 

Cet appel avait été lancé le 24 juillet par le syndicat de police VIGI, après la réception par le président de la République au palais de l'Elysée des artistes Bono et Rihanna. 

Dans un contexte de lutte antiterroriste et de crise migratoire, les syndicats policiers avaient fait part de leur «inquiétude» après l'annonce de 526 millions d'euros d'économies prévues au ministère de l'Intérieur pour le prochain budget. Des manifestations pourraient avoir lieu à la rentrée. 

Lire aussi : Un syndicat de police recherche un porte-parole du «showbiz» pour que Macron daigne le recevoir

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.