Les députés disent non à la prise en compte du vote blanc pour la présidentielle de 2022

Les députés disent non à la prise en compte du vote blanc pour la présidentielle de 2022 © LOIC VENANCE Source: AFP
Image d'illustration. Une urne lors du premier tour des élections présidentielles de 2017

Rejetant un amendement proposé par le groupe les «constructifs», l'Assemblée nationale a fermé la porte à la possibilité d'une prise en compte du vote blanc pour la présidentielle de 2022. L'exécutif était contre.

Une fois de plus, le vote blanc ne sera pas pris en compte lors des prochaines élections présidentielles. Selon France Info, les députés ont rejeté dans la nuit du 28 au 29 juillet l'amendement qui allait en ce sens déposé par le groupe parlementaire les «constructifs» (composé d'élus Les Républicains et de centristes), soutenus par le MoDem, les socialistes et les insoumis. Le texte prévoyait que l'élection devait être réorganisée si le nombre de votes «blancs» (enveloppes vides ou bulletins vierges) était équivalent à la majorité absolue ou relative. 

Nicole Belloubet, la ministre de la Justice était opposée à cet amendement, arguant du fait qu'il était préférable d'attendre encore pour prendre ce type de mesure, le vote blanc n'étant comptabilisé séparément des nuls que depuis février 2014. Au contraire, le député Maurice Leroy (Union des Démocrates et Indépendants) y voyait un moyen de lutter contre les «votes extrêmes» et le président du MoDem avait parlé d'une mesure allant «dans le bon sens». 

La prise en compte du vote blanc est une idée qui fait depuis longtemps débat en France, où ils ne sont différenciés des votes nuls que depuis 2014. Lors des dernières élections présidentielles, près de trois millions de personnes avaient choisi le vote blanc pour marquer leur désaccord avec les candidats présentés, soit 6,35% des inscrits et 8,52% des suffrages exprimés. Près d'un million d'autres avaient opté pour le nul (bulletin déchiré, barré, portant le nom d'un autre candidat ou autre) soit 3% des votants.

Lire aussi : La «déferlante» LREM à l'Assemblée ou la «décomposition du paysage politique arrivée à maturité»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»