Trop grand pour les cadres des mairies, le portrait de Macron va-t-il vraiment coûter 2,7 millions ?

Trop grand pour les cadres des mairies, le portrait de Macron va-t-il vraiment coûter 2,7 millions ?© Stéphane Mahe Source: AFP
Emmanuel Macron

Comme l'ont relevé plusieurs maires, le portrait officiel d'Emmanuel Macron dépasse de cinq centimètres en hauteur celui de ses prédécesseurs, nécessitant selon eux l'achat par chaque mairie d'un nouveau cadre adapté facturé 77 euros. Explications.

La photo officielle d’Emmanuel Macron, qui avait beaucoup fait réagir les internautes, vient de révéler l'une de ses particularités : ses dimensions sont sensiblement plus larges que celles des portraits de ses prédécesseurs. 

Habituellement, les portraits officiels des présidents respectent une dimension standard de 50 centimètres de largeur sur 65 centimètres de hauteur. Celui d'Emmanuel Macron, en revanche, est plus haut de cinq petits centimètres ... qui font néanmoins toute la différence, puisqu'elle ne rentre plus dans le cadre utilisé jusque là dans les mairies.

Interpellés par ce détail, deux élus de Seine et Marne, James Chéron, maire de Montereau-Fault-Yonne et Romain Senoble, maire de Forges, se sont empressés de s'indigner sur Twitter. 

Selon leurs calculs, le portrait étant affiché à 77 euros (avec l'affiche) au catalogue de l’entreprise Sedi qui équipe les collectivités en mobilier, les mairies pourraient donc avoir à débourser pas moins de 2,7 millions d'euros au total, si l'on prend en compte l'ensemble des 35 585 communes du territoire.

Comme le notent les élus, ce couac survient alors que le président de la République a annoncé une série de coupes budgétaires pour «assainir» les finances publiques. Emmanuel Macron avait en effet annoncé le 17 juillet devant la Conférence nationale des territoires, au Sénat, qu'il fallait engager une «réduction du nombre des élus locaux», comme il avait précédemment décidé d'«engager une réduction du nombre de parlementaires».

Les mairies reçoivent déjà gratuitement un portrait du président 

Si la grogne des deux maires est bien réelle, leur calculs semblent toutefois erronés. Dans leurs tweets assassins, James Chéron et Romain Senoble basent leur calcul sur l'achat du pack «photo officiel + cadre» proposé par l'entreprise Sedi, qui fournit les collectivités. Sauf que l'entreprise n'a pas le monopole des cadres et portraits présidentiels, comme elle l'a confirmé à nos confrères de l'Express. De plus, rien n'oblige les mairies à se procurer ce pack étant donné que les préfectures envoient déjà gratuitement une photo du président aux mairies.

Les maires peuvent évidemment décider d'acheter un second portrait. Mais là encore, rien ne les oblige à acheter le cadre chez l'entreprise Sedi. Cette dernière propose la photo officielle à 22,50 euros, 77 euros avec le cadre. Le cadre seul reviendrait alors à 54,50 euros. S'ils trouvent le pack de chez Sedi trop cher, les désireux pourront trouver leur bonheur ailleurs en quelques clics. Une célèbre marque suédoise propose par exemple des cadres adaptés à 8,99 euros. Sur le site de la documentation française, le portrait seul, lui, est proposé à 9,50 euros. 

Le portrait présidentiel n'est pas obligatoire dans les mairies

Autre détail important : le portrait du président accroché dans le bureau du maire relève uniquement de la tradition républicaine. Il n'est donc absolument pas obligatoire d'en posséder un ! En 2009 déjà, la place Beauvau s'était expliqué sur ce détail : «Aucun texte de nature législative ou réglementaire ne prescrit l'utilisation des symboles républicains, que sont le drapeau national, le buste de Marianne, le portrait du Président de la République ou la devise de la République, dans les bâtiments publics».

Ainsi, s'ils trouvent le projet trop onéreux, les maires ont tout simplement la possibilité d'y renoncer. Reste aussi une possibilité : découper les cinq centimètres en trop sur le portrait du président, afin de le faire rentrer dans le cadre.

Lire aussi : Est-il permis de critiquer Macron ? Après la démission de Villiers, la question se pose (encore)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.