«Non à la casse du code du travail» : la France insoumise bat le pavé contre le gouvernement

Plus d'un millier de militants de la France insoumise se sont rassemblés dans plusieurs villes de France le 12 juillet contre la réforme du code du travail.

Forte de son relatif succès aux législatives, La France insoumise (FI) compte toujours incarner la principale force d'opposition à Emmanuel Macron et au gouvernement de La République en marche (LREM). «Le 12 juillet, organisons des rassemblements partout en France pour dire non à la casse du code du travail par ordonnances comme le veut Emmanuel Macron» : tel était le mot d'ordre lancé par FI sur son site internet.

Plusieurs villes étaient concernées, dont Lyon, Bordeaux, Rennes et Marseille.

A Paris, plusieurs centaines de militants se sont rassemblés place de la République, où Jean-Luc Mélenchon a pris la parole pour fustiger «le président de circonstances [...] qui méprise le peuple et les Français», faisant référence à Emmanuel Macron.

«Je vous appelle à une forme d'insurrection morale [contre un] coup d'Etat social», a notamment déclaré le leader de la France insoumise, la foule lui répondant en scandant : «Résistance !»

«L'ordre public social va être totalement renversé», a prédit le député des Bouches-du-Rhône. Et d'ajouter : «Le texte du gouvernement veut permettre que l'accord d'entreprise soit plus mauvais que la loi.»

Entre le faible et le fort, c'est la liberté qui opprime et la loi qui protège

«Entre le faible et le fort, entre le riche et le pauvre, c'est la liberté qui opprime et la loi qui protège», a poursuivi Jean-Luc Mélenchon.

La France insoumise voulait ainsi relayer dans la rue son travail d'opposition à l'Assemblée nationale. Le 11 juillet 2017, lors de la présentation du projet de loi d'habilitation – qui doit permettre au gouvernement de légiférer par ordonnances – les Insoumis ainsi que les députés du Parti communiste français (PCF) et du Front national (FN) étaient montés au créneau pour dénoncer la réforme du code du travail, tant sur le fond que sur la forme et la méthode. Une semaine avant, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon manifestait place de la République à Paris contre la réunion du Parlement en Congrès à Versailles. Les députés FI avaient en outre boycotté le discours d'Emmanuel Macron.

Lire aussi : «Piétinement des luttes sociales» : Communistes, FI et FN fustigent la réforme du code du travail

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.