Farida Amrani conteste la victoire de Manuel Valls devant le Conseil constitutionnel (IMAGES)

Farida Amrani conteste la victoire de Manuel Valls devant le Conseil constitutionnel (IMAGES) Source: AFP
Farida Amrani et son colistier Ulysse Rabaté montrant un exemple de signature qu'ils estiment non conforme

Elu pour un quatrième mandat consécutif dans l'Essonne, Manuel Valls voit son siège menacé après que la candidate de la France insoumise Farida Amrani a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel, dénonçant des irrégularités le soir du vote.

L'élection de Manuel Valls dans l'Essonne n'a pas atteint son épilogue : l'ex-adversaire de l'ancien Premier ministre aux législatives, Farida Amrani (FI), a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel le 28 juin pour contester sa victoire.

A sa sortie du Conseil constitutionnel, l'avocat de Farida Amrani Hervé Tourniquet a tenu une conférence de presse durant laquelle il a exposé les arguments de la candidate. Il a dénoncé «un certain nombre d'irrégularités qualifiées de suffisantes par des décisions précédentes du Conseil constitutionnel pour justifier l'annulation d'une élection». 

Parmi celles-ci, il a évoqué «les nouvelles inscriptions [d'électeurs sur les listes électorales de l'Essonne] entre les deux tours», ou encore «le nombre anormalement élevé de signatures [sur les registres d'émargement] très sensiblement différentes entre le premier et le second tour». Il a également souligné que les bureaux de vote dans lesquelles la France insoumise n'avait pas de représentants, étaient ceux qui avaient donné leurs résultats en dernier.

Les candidats et leur conseil ont également dénoncé, photos à l'appui, d'autres «signatures du second tour où il apparaît très clairement [...] une première signature au crayon noir, au décalque, recouvert d'une signature à l'encre».

«Ça ressemble à quelqu'un qui s'entraîne au crayon à papier pour imiter la signature d'un électeur absent et qui oublie de gommer», a expliqué à l'AFP un membre de leur entourage.

Si le Conseil constitutionnel juge le recours recevable, son instruction pourrait durer plusieurs mois : il n'est tenu par aucun délai dans ce genre de recours. 

La procédure, non suspensive, n'empêche pas Manuel Valls de siéger à l'Assemblée nationale, où il a entamé le 27 juin son quatrième mandat de député.

Au soir du second tour, l'ex-Premier ministre avait annoncé sa victoire dans la première circonscription de l'Essonne avec 139 voix d'avance, mais le résultat avait été immédiatement contesté par la candidate de la France insoumise et ses partisans, sur la base de soupçons de tricherie dans plusieurs bureaux de vote.

Lire aussi :
Rugy, Valls, Le Maire... Les «losers» des primaires parvenus au sommet de l'Etat amusent Twitter

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.