Collomb durcit le ton sur les migrants de Calais : les identitaires séduits, les écolos s'étranglent

Collomb durcit le ton sur les migrants de Calais : les identitaires séduits, les écolos s'étranglent© Denis Charlet / AFP
Gérard Collomb à Calais le 23 juin

Le ministre de l'Intérieur a suscité de vives réactions, entre indignation et encouragements, après avoir déclaré qu'il voulait éviter la formation d'une nouvelle jungle à Calais. Il a également appelé à couper les routes aux passeurs.

«Il n'y aura pas de centre ouvert ici [pour les migrants car] à chaque fois qu'on a construit un centre, il y a eu appel d'air», a lancé Gérard Collomb à Calais le 23 juin dans des propos rapportés par l'AFP. Le ministre de l'Intérieur a durci le ton sur la question migratoire, expliquant : «Pour avoir une grande humanité il faut une grande fermeté [...] On ne peut pas accueillir avec humanité lorsque tout à coup on a un afflux migratoire considérable.»

«Il n'y a pas d'un côté les policiers, les gendarmes qui seraient agressifs et de l'autre des migrants qui seraient d'une douceur légendaire», a-t-il ajouté, alors que des associations d'aide aux migrants ont dit avoir subi des violences de la part des policiers.

La veille, sur Europe 1, le ministre de l'Intérieur avait déjà expliqué qu'il ne voulait pas que se remette en place une «jungle» à Calais. Il avait par ailleurs appelé à couper les routes d'immigration économique menant à la France.

Les identitaires proposent leur aide

Les propos du ministre ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd. Ainsi, le groupe anti-immigration Génération identitaire a réagi par un communiqué proposant d'«aider Gérard Collomb à couper les routes des passeurs».

Soulignant avoir lancé une opération visant à stopper les embarcations amenant des migrants en Europe, l'organisation précise : «Une demande de subvention publique va être adressée à ce ministère [de l'Intérieur] dans les prochaines heures.»

Damien Rieu, ancien porte-parole de Génération identitaire et cadre du FN proche de Marion Maréchal-Le Pen, a par ailleurs félicité le ministre de l'Intérieur.

D'autres s'indignent

A l'inverse, la position du ministre de l'Intérieur a suscité l'indignation de certains responsables ou organisations de gauche. «Les annonces de Gérard Collomb de ce matin sont indignes, inefficaces, contraires aux droits humains et aux engagements de la France», a tweeté le parti Europe Ecologie-Les Verts.

La sénatrice écologiste Esther Benbassa a pour sa part ironisé : «Le cynisme et l'inhumanité au pouvoir. Les migrants ? Des délinquants dont Gérard Collomb va vite nous débarrasser.»

«Quand un facho félicite les propos du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, sur les migrants. Vous le voyez le front anti-FN là ?», a par ailleurs commenté la journaliste Nassira El Moaddem, directrice du Bondy Blog.

Tandis que plusieurs centaines de migrants sont revenus dans les alentours de Calais, huit mois après le démantèlement du camp, Gérard Collomb a promis qu'il présenterait un «plan» sur la demande d'asile d'ici 15 jours.

Lire aussi : Migrants : Emmanuel Macron veut réformer le droit d'asile et appelle à «la plus grande humanité»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.