Manifestation à Paris contre la suppression des postes d'inspecteurs du travail

Manifestation à Paris contre la suppression des postes d'inspecteurs du travail Source: AFP
Muriel Pénicaud, nouvelle ministre du Travail

Plusieurs centaines de salariés du ministère du Travail ont défilé pour dénoncer la baisse des effectifs et notamment les suppressions de postes d'inspecteurs du travail. Les syndicats n'ont pas encore rencontré la nouvelle ministre Muriel Pénicaud.

A Paris, entre 200 et 300 militants et salariés du ministère du Travail se sont retrouvés le 20 juin pour organiser une manifestation contre la baisse drastique des effectifs depuis 2007, notamment ceux des inspecteurs de travail, «catastrophique pour les salariés». Venus de toute la France, ils ont répondu à l'appel de l'ensemble des syndicats du ministère du Travail (CGT, CFDT, Unsa, Sud, FO, FSU et CNT) à faire grève et à manifester. 

Depuis 2007, près de 20% des effectifs ont été supprimés au ministère du Travail, qui compte actuellement environ 8 000 postes équivalent temps plein, selon ces syndicats. Tous les ans, entre 150 et 200 postes sont supprimés. «C'est catastrophique pour les salariés (en général) et nous, on n'en peut plus», commente Martine Corneloup (CGT).

Dénonçant le fait que les entreprises sont de moins en moins contrôlées faute de moyen, les syndicats tirent la sonnette d'alarme, car ils estiment que ce manque de moyen empêche la bonne application du code du travail. Les syndicats réclament notamment que la suppression des postes vacants s'arrête, alors que 150 emplois supplémentaires doivent être supprimés d'ici à la fin de l'année.

Le 19 mai, au lendemain de la prise de fonction de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, l'intersyndicale du ministère avait organisé une journée d'action. Les syndicats n'ont toujours pas rencontré la ministre, mais selon Laurent Lefrançois (FO) un rendez-vous de «prise de contact» est prévu entre son cabinet et les représentants syndicaux.

Lire aussi : Jean-Luc Mélenchon annonce la création d'un groupe la France insoumise à l'Assemblée nationale

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales