Le trésorier du FN dénonce les propos «racistes» d'Emmanuel Macron sur les «kwassa-kwassa»

Le trésorier du FN dénonce les propos «racistes» d'Emmanuel Macron sur les «kwassa-kwassa»© Thomas Samson Source: AFP
Le trésorier du Front national, Wallerand de Saint Just

Wallerand de Saint-Just a taclé le président de la République, qualifiant de «raciste» la boutade du chef de l'Etat sur les migrants comoriens. «Si c’était moi qui avais dit ça, je serais en prison depuis longtemps et pour longtemps», a-t-il estimé.

Interrogé le 7 juin par France bleu sur les propos polémiques de certains candidats du Front national (FN) épinglées par le site Buzzfeed, le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, a répondu que des sanctions pourraient être décidées par le FN après les élections législatives.

Wallerand de Saint-Just a néanmoins haussé le ton par la suite, en revenant sur la phrase polémique d'Emmanuel Macron sur les «kwassa-kwassa». Le trésorier du FN a fait part de son indignation, qualifiant de «raciste» la mauvaise plaisanterie du président de la République. 

«Il y en a un qu’il faudrait qu’on sanctionne véritablement, c’est monsieur Macron, président de la République, parce que, sa phrase raciste "Les bateaux apportent du Comorien", personne ne dit rien», s'est-t-il indigné, ajoutant avec colère : «Il n’est pas concevable qu’un président de la République s’exprime ainsi.»  

Le cadre du Front national a également insinué qu'il y aurait inégalité de traitement entre les militants du FN et Emmanuel Macron. «Si c’était moi qui avais dit ça, je serais en prison depuis longtemps et pour longtemps», a-t-il ainsi déclaré.

Le président de la République Emmanuel Macron avait tenu le 1er juin des propos jugés déplacés lors d'une plaisanterie au sujet des «kwassa-kwassa», des embarcations utilisées pour transporter des migrants comoriens dans des conditions précaires.

La boutade du chef de l'Etat avait suscité des réactions indignées d'une partie de la presse et du milieu politique français. L'ancienne ministre écologiste Cécile Duflot avait par exemple déclaré sur Twitter : «Si Sarkozy président avait prononcé cette phrase face caméra, le tollé aurait été gigantesque. "Du" Comorien. 12 000 morts. Et là... insensé.»

Selon le président de la Fondation des Comores, les naufrages de «kwassa-kwassa» ont fait plus de 10 000 morts depuis 1995.

Lire aussi : Les Comores exigent des excuses après les propos «choquants» d'Emmanuel Macron

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.