«Le kwassa-kwassa, il amène du Comorien !» : une blague de Macron suscite l’indignation (VIDEO)

«Le kwassa-kwassa, il amène du Comorien !» : une blague de Macron suscite l’indignation (VIDEO)© Damien Meyer / AFP
La blague d'Emmanuel Macron n'a pas fait rire tout le monde
Suivez RT France surTelegram

Dans le Morbihan, le chef de l’Etat s’est laissé aller à une boutade qui a suscité la polémique, en comparant ironiquement des bateaux de pêche à des embarcations utilisées pour transporter des migrants dans des conditions précaires.

En déplacement officiel le 1er juin au Centre nautique d'Etel, dans le Morbihan, Emmanuel Macron a voulu jouer la carte de l’humour auprès de son interlocuteur, dans une scène repérée par l’émission télévisée Quotidien.

«Ah non, c’est à Mayotte les kwassas-kwassas […] Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien !», lance le président, tout sourire, soulignant la différence avec les tapouilles, ces navires de pêche guyanais.

La blague, qui portait sur des embarcations utilisées par des passeurs pour emmener des migrants des Comores à Mayotte, a suscité un moment de gêne.

Les politiques réagissent

Alors que les traversées en kwassa-kwassa se révèlent parfois fatales, comme lorsque, début mai 2016, cinq personnes avaient perdu la vie en tentant de rejoindre les côtes mahoraises, cette blague du chef de l’Etat a suscité l’indignation de plusieurs hommes et femmes politiques.

«Ce n'est pas parce qu'on dit que c'était pour rire qu'on n'a rien dit […] C'était évidemment choquant, encore plus quand on est président» a déclaré François Baroin, chef de file Les Républicains pour les législatives, à l’AFP.

«Si Sarkozy président avait prononcé cette phrase face caméra, le tollé aurait été gigantesque. "Du" Comorien. 12 000 morts. Et là... insensé», a pour sa part écrit l'ancienne ministre écologiste Cécile Duflot sur Twitter.

La députée LR Nadine Morano a elle aussi tweeté : «Blague douteuse. Le 2 poids 2 mesures des journalistes. Si j'avais tenu ces propos ils auraient crié au "dérapage scandaleux, polémique"».

Toujours sur le réseau social, le président du groupe d'amitié France-Union des Comores de l'Assemblée nationale, Daniel Goldberg (PS) a écrit : «J'invite Emmanuel Macron à régler les problèmes locaux plutôt qu'à en rire.»

Les internautes choqués

Des internautes lambda ont également fait savoir qu'ils étaient outrés.

«"Du Comorien", c'est exactement la façon dont ces gens sont traités : comme du bétail. C'est surtout ça qui me choque», a fait remarquer une utilisatrice de Twitter.

Un autre s'est dit «en attente d'excuses officielles envers tous les comoriens, ceux qui ont voté Macron et collé des affiches».

«Ecœurant» a jugé une autre internaute.

Lire aussi : La Guyane, une «île» ? La science géographique de Macron à nouveau visée par les critiques

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix